Le système d'appels d'urgence embarqué pour voitures "Ecall" qui alerte les secours en cas d'incident sera mis en service à partir d'avril 2018 par le syndicat national des sociétés d'assistance (SNSA).

"L’État français a confié la mise en œuvre à partir du 1er avril 2018 de l'Ecall à l'ensemble des sociétés d'assistance françaises réunies dans le SNSA", a déclaré Nicolas Gusdorf, président du syndicat national des sociétés d'assistance (SNSA).


Actuellement, alors que le dispositif d'eCall n'est pas encore obligatoire sur les nouveaux modèle, le service d'assistance est géré par le SDIS (Service Départemental d'Incendie et de Secours). Avec sa généralisation, à partir d'avril 2018, les services publics auraient été débordés.

Un délai de mise en relation inférieur à 75 secondes


Le système "Ecall" se déclenche automatiquement en cas de "choc brutal" via l'actionnement de l'airbag ou manuellement par la pression d'un bouton par les automobilistes en cas de difficultés qui nécessitent un besoin d'assistance.

Une plateforme informatique réceptionne ces signaux et effectue un premier tri entre les alertes automatiques et manuelles avant de renvoyer l'appel vers le groupe d'assistance. Les opérateurs physiques distribuent ensuite les appels vers les services adéquats, comme les secours ou les remorqueurs.

"Le délai de traitement de l'appel depuis la voiture et la mise en relation avec les services d'intervention n'excédera pas les 75 secondes", a déclaré Nicolas Gusdorf.


Une obligation pour les tout nouveaux modèles à partir du 1er avril 2018


Les constructeurs automobiles ont l'obligation d'intégrer la technologie "ECall" dans les nouveaux modèles de voitures à compter du 1er avril 2018.

Cette législation, qui correspond à l'application d'une directive européenne de 2015, précise que seuls les modèles de voitures non encore commercialisés à l'heure actuelle sont concernés.

Les SNSA estime à 30.000 le nombre d'appels d'urgence que la plateforme "Ecall" devra traiter en 2018, puis à 150.000 en 2019 et à 400.000 en 2020. 

La technologie d'appels d'urgence embarquée dans les véhicules existe depuis 2003 mais n'équipe que "2% du parc automobile", selon le syndicat.

Le secteur de l'assistance a enregistré une croissance de 7% de son chiffre d'affaires en France en 2016 et a massivement recruté (+9%).