Le DS World Service reprend tous les attributs de la marque haut de gamme de PSA.
Résoudre l’équation du coût de l’immobilier dans les centres urbains tout en assurant une présence pour la clientèle est au cœur de la stratégie de toutes les marques automobiles.

La filiale de distribution du groupe PSA, PSA Retail vient d’apporter une réponse en inaugurant, ce 27 avril 2017, la première concession 2.0 du groupe.

C’est l’ancien site Peugeot, situé rue Saint-Didier dans le 16 arrondissement de Paris, qui a été complètement transformé pour intégrer Peugeot, Citroën et DS. Ce site est donc parmi les tout premiers du groupe de distribution à devenir tripartite en France après deux de Madrid et de Paris Nord Pleyel.

« Nous sommes dans un multimarquisme affirmé. Dans ce lieu nous offrons 3 marques avec des identités fortes et des petites surfaces d’exposition», résume Xavier Duchemin, directeur de PSA Retail.

Façade et accueil spécifiques


Pour chaque marque, un ou deux véhicules sont exposés mais c'est bien dans l'accueil digital, que la PSA Retail Store fait la différence. Ci-dessus, dans le DS World.
Chaque marque dispose en effet de 200 m² de showroom tout en présentant une façade et un accueil spécifiques.

La Maison Citroën, un DS world service (annexe proche du DS World, positionné rue François 1er dans le 8e arrondissement de Paris) ainsi qu’un Peugeot store cohabitent ainsi mettant en exergue la différenciation de l’image de chacune des trois marques du groupe PSA.

« Dans cette démarche, nous nous adaptons à un nouveau comportement du client, poursuit Xavier Duchemin. Nous sommes contraints de réduire notre empreinte au mètre carré dans les grandes villes, pour des questions de coûts de l’immobilier. Et pour y parvenir, nous devons donc diminuer de deux-tiers les surfaces d’exposition pour les marques tout apportant une expérience de qualité au client. Pour réussir, le digital doit être au cœur de cette expérience. »


Pour chaque marque, un ou deux véhicules maximum sont exposés même si les sous-sols regorgent d’espace (4 000m²) pour les ateliers et d’autres modèles à l’essai. Mais c’est bien dans l’accueil digital, que la PSA Retail Store fait la différence.

De multiples outils numériques


Le client qui a configuré son véhicule chez lui, retrouve ainsi à l'identique ses choix dans la concession tout en l'améliorant si possible. Ci-dessus, dans la Maison Citroën.
Tables numériques, casque de réalité virtuelle pour Peugeot et DS. Configurateurs, outils de tracking des visiteurs, ce nouveau concept regorge de réalisation émanant de start-ups ou de mastodontes du numérique (configurateurs Taktus en immersion 3D,  casques 3D de 3Dexcite de Dassault Systems, outils de tracking sur la base du Wifi de Peer2me).

Le client qui a configuré son véhicule chez lui, retrouve ainsi à l’identique ses choix dans la concession tout en l’améliorant si possible. Il peut être reconnu, s’il le souhaite, en entrant dans les lieux. Il visualise l’ensemble des accessoires et coloris de toute la gamme en temps réel.

La prochaine étape : le commerce 100% en ligne


Un poste vendeur, privé et intime, situé dans le fond du showroom, permet au vendeur de finaliser la vente. Ci-dessus, la Maison Citroën.
Un poste vendeur, privé et intime, situé dans le fond du showroom, permet au vendeur de finaliser la vente. Les bornes de tracking situées à proximité de l’entrée permettent également d’adapter le nombre de vendeurs aux horaires pendant lesquels les clients se rendent en concession.

« Le marketing digital peut ainsi traquer, extrapoler et optimiser les parcours clients, explique Marie Laloy, directrice marketing et digitale de PSA Retail. Le concept préfigure la prochaine étape, le commerce 100% en ligne, que la filiale de distribution expérimente déjà en Grande-Bretagne. "

Les gains réalisés en terme d'immobilier sont importants, mais la facture totale ne change pas, du fait des investissements technologiques. Ci-dessus, Peugeot Concept.
Le concept préfigure le commerce 100% en ligne déjà expérimenté en Grande-Bretagne.


Le groupe garde pour l’instant secret l’investissement nécessaire pour configurer un site 2.0. Si les gains réalisés en termes d’immobilier sont certains, l’investissement technologique amène à une facture quasi-identique. Dassault Systems de son côté avance un coût de 15 000 euros pour les écrans et les configurateurs 3D. Les prochaines implantations suivant ce concept sont prévues dans les grandes capitales telles que Londres, Madrid ou Berlin.