Après 18 ans de négociations, la Russie est officiellement devenue mercredi le 156e membre de l’OMC (organisation mondiale du commerce).

Une entrée qui va entrainer une baisse des droits de douane à 7,8 % pour les produits importés dans le pays. Or l’automobile fait partie des échanges principaux entre l’Union européenne et la Russie. C’est même le premier poste d’exportations  (7 milliards d’euros en 2011), devant les pièces détachées automobiles (3,5 milliards).

Mais l’automobile importée, taxée pour l’instant à 30 %, restera imposée à 25 % puis à 15 % dans sept ans ! De même, une proposition de loi imposant des frais concernant le recyclage des véhicules, des véhicules importés serait aussi en cours de négocation.

L’adhésion a donc été bien négociée. Pour se protéger d’une délocalisation massive, le Parlement européen a prévu quelques mesures de protection. Selon l’accord, si les exportations européennes de pièces diminuent de 3 %, Moscou devra réduire ses droits à l’importation sur les pièces détachées UE d’un montant proportionnel. La mesure serait examinée sur une base annuelle.