Organisée autour de 46 sites, l’enseigne relance son déploiement en régions (Bretagne, Centre et Sud), et mise sur des volumes supérieurs à 2 000 véhicules pour asseoir la rentabilité de ses centres de lavage. Une dizaine d’ouvertures est programmée en 2018. « Nous allons relancer notre maillage en orientant notre développement vers les flottes et les entreprises engagées dans des démarches de RSE », explique Jérôme Charlon, directeur du réseau Sinéo.

Outre des programmes de nettoyage récurrents, l’enseigne mise sur les services additionnels pour se différencier, comme le relevé de kilométrage, le convoyage et le contrôle des véhicules. L’évolution est nécessaire pour atteindre les seuils de rentabilité des structures qui disposent d’une quinzaine de salariés.

Un concept de reconditionnement des VO lancé à Lille


Sinéo, dont le modèle repose sur l’insertion professionnelle, s’emploie également à déployer son concept de reconditionnement des véhicules d’occasion inauguré à Lille.

« Notre cœur de marché reste les concessionnaires,
rappelle le responsable. Ils représentent 70% de notre activité. » La diversification engagée porte ses fruits. L’enseigne a préparé 8 000 VO cette année dans son « usine » lilloise. Mécanique, carrosserie (sur la base du smart repair, incluant la réparation des jantes), et naturellement le lavage rythment le processus de préparation des véhicules, qui se conclut par une séance de prises de vue dans le laboratoire photo intégré.

La démarche repose sur une approche globale qui regroupe l’ensemble des prestations au sein d’un lieu unique. Elle permet de maitriser les coûts de préparation des concessionnaires, et de réduire les taux de rotation des VO, selon Jérôme Charlon.
Fort de cette première expérience réussie, Sinéo prévoit l’an prochain l’ouverture de deux ou trois autres sites de reconditionnement, « en fonction des opportunités ».