Le groupe Volkswagen disposait d’un site secret au sein de son immense siège de Wolfsburg pour tester sa technologie de triche aux émissions sur ses véhicules diesel. C’est ce que révèle un rapport, dont fait état notre confrère Automotive News Europe.

Des ingénieurs utilisaient ce centre de recherche pour charger le logiciel truqueur sur les véhicules pour le tester. Ce centre se situait à un jet de pierre de la tour dans laquelle les hauts responsables du groupe avaient leurs bureaux.

Accès strictement interdit


Les règles de sécurité pour accéder à ce site secret étaient particulièrement élevées. Toute personne non impliquée dans le projet s’en voyait refuser l’accès, y compris les responsables d’un haut niveau hiérarchique qui pourtant pouvaient accéder à tous les autres sites de développement du groupe.

Alors que Volkswagen assure que la manipulation était le fait d’un nombre restreint d’ingénieurs dévoyés, l’existence d’un site dédié (qui n’avait pas été signalé auparavant), montre que ce travail de triche s’effectuait à proximité des bureaux de la haute direction.

De nouvelles questions se posent donc quant à la connaissance que cette haute direction avait vraiment de ces comportements illicites.

Aux Etats-Unis, un premier responsable de la triche vient d’être condamné. Il écope de 40 mois de prison.