Flyer dispose aussi de flotteurs comme ceux d'un hydravion et vole à 32 km/h maximum, pour une autonomie de 12 à 20 minutes.
C’est maintenant au marché de se prononcer. La voiture volante s’apprête à sortir de la science-fiction pour devenir réalité.

La start-up Kitty Hawk, financée par le cofondateur de Google, Larry Page, a annoncé que Flyer, la voiture volante sur laquelle elle planchait, est désormais disponible pour des tests grandeur nature.

Des commandes peuvent désormais être enregistrées.

Un engin de loisir


L'idée de Kitty Hawk est de voir des flottes de Flyers utilisées pour des activités de loisirs à travers le monde.
Sorte de voiture volante croisée avec un mini hélicoptère, l’appareil serait aussi facile à piloter que de jouer à un jeu vidéo, fait valoir Kitty Hawk. La start-up précise qu'il n'y a pas besoin de brevet de pilote et qu'il s'agit d'un engin de loisirs.

L'engin, conçu pour se déplacer au-dessus de l'eau à trois mètres maximum au-dessus de la surface, dispose d'un cockpit pour une personne, et d'une dizaine de retors le faisant ressembler à un drone. Il dispose aussi de flotteurs comme ceux d'un hydravion et vole à 32 km/h maximum, pour une autonomie de 12 à 20 minutes.

L'idée de Kitty Hawk est de voir des flottes de Flyers utilisées pour des activités de loisirs à travers le monde.

Cora, un taxi drone


Larry Page est toujours l'un des dirigeants d'Alphabet, maison mère de Google, mais Kitty Hawk est un projet personnel, distinct du géant technologique.
Désormais, les clients intéressés par l'achat d'un Flyer peuvent s'inscrire pour pouvoir le piloter et même faire une pré-commande, a annoncé -sans donner de tarif- la start-up qui avait jusqu'ici seulement présenté un prototype.

Kitty Hawk teste en Nouvelle-Zélande un autre modèle, Cora, drone électrique sans pilote destinée à fonctionner comme les compagnies aériennes ou de taxis, les passagers devant réserver leur voyage. La phase des tests de Cora doit durer six ans.

Larry Page et Sergei Brin ont fondé Google en 1998. M. Page est toujours l'un des dirigeants d'Alphabet, maison mère de Google, mais Kitty Hawk est un projet personnel, distinct du géant technologique.