Le groupe Fiat-Chrysler a publié des chiffres contrastés pour son premier trimestre de 2018. Il a vendu 1,204 millions de véhicules sur les trois premiers mois de 2018, un chiffre en hausse de 5% par rapport à 2017.

En revanche, son chiffre d'affaires est en baisse de 2%, à 27,027 milliards d'euros, à cause de taux de change peu favorables (à taux de changes constants, il progresse de 9%).

Quant à son bénéfice net, il a bondi de 59% à 1,021 milliard d'euros.

5 milliards d'euros de bénéfice visés en 2018


Fort de ces résultats, le groupe a confirmé ses objectifs pour 2018: il vise un chiffre d'affaires de quelque 125 milliards d'euros, un bénéfice net ajusté de 5 milliards d'euros.

2018 est une année importante pour le constructeur puisque ce sera la dernière de Sergio Marchionne, son patron depuis bientôt 14 ans.

Depuis son arrivée à la tête de ce qui n'était alors que Fiat, le 1er juin 2004, M. Marchionne a profondément remodelé le groupe, en le redressant d'abord alors qu'il était au bord de la faillite, puis en l'alliant en 2014 à l'Américain Chrysler, avant de procéder en janvier 2016 à la séparation de Ferrari.

Un travail salué par les observateurs et le marché, où depuis un an le titre a bondi de 85%.

Le groupe présentera son nouveau plan stratégique le 1er juin. Il a d'ores et déjà annoncé qu'il entendait faire de l'équipementier automobile Magneti Marelli une entité séparée fin 2018-2019 et le coter à la Bourse de Milan.