Du cercueil aux vêtements, en passant par la vente de VO, du vin ou encore d’un dentier, on trouve visiblement de tout sur le Bon Coin. Mais on ne devrait pas trouver de véhicules hors d'usage destinés à fournir des pièces de réemploi.

Le CNPA (Conseil nationale des professionnels de l’automobile) y veille. Et Le Bon Coin, le géant français de petites annonces sur Internet a accepté de répondre favorablement à cette requête. 

Il s'est ainsi engagé à supprimer et interdire 
la vente des véhicules pour pièces, des véhicules accidentés ainsi que des airbags aux particuliers. Il va également garantir auprès du consommateur la traçabilité des pièces.

Filtrer pour mieux encadrer

Les représentants de la branche recycleurs et ceux du Bon Coin se sont rencontrés le 7 janvier 2016 afin d’évoquer ensemble le caractère illégal d’offres de vente de pièces d’occasion ou encore d’épaves automobiles. Le CNPA a rappelé trois points essentiels :

  • depuis la création du SIV en 2009, il n’est plus possible de vendre un véhicule pour pièces.
  • les VE (véhicules endommagés) ne peuvent être vendus qu’à un professionnel de l’automobile ou centre VHU après avoir été reçu comme irréparable selon le décret de 2009 relatif aux conditions de remise en circulation.
  • La vente d’airbags aux particuliers est interdite conformément aux agréments des exploitants des centres VHU et des exploitants des installations de broyage de véhicules hors d’usage.

casse auto vhu Suite à cette rencontre et selon la branche, le Bon Coin s’est engagé et travaille actuellement sur de nouveaux filtres informatiques dans la catégorie des équipements automobiles. Le but est d’empêcher la diffusion de certaines annonces reprenant les termes voiture non roulante, voiture accidentée et airbags. L’équipe juridique du pure player signalera, sous forme de pop-up, l’obligation de remettre les VHU dans un centre agréé et soumettra aux internautes la liste des centres VHU agréés.

Le CNPA souhaite soumettre aux autres pure-player cette même réglementation.