Pour l'année qui s'achève, l'industrie automobile allemande va produire environ 16,4 millions de voitures dans le monde, soit une hausse de 4% sur un an. Mais en Allemagne, cette production va se tasser de 2% à 5,6% millions d'unités.

La progression totale est tirée par l'expansion de la production à l'étranger, qui devrait enregistrer une hausse annuelle de 7% à 10,8 millions d'unités.

"Plus de trois voitures sur quatre produites par nos constructeurs en Allemagne partent à l'export", a rappelé Matthias Wissmann, patron de la fédération allemande de l'automobile.


Délocalisation et Brexit pénalisent l'industrie allemande


Or, les exportations de voitures allemandes (BMW, Porsche, Mercedes-Benz, Opel, Volkswagen, Audi, etc) devraient avoir baissé de 2% en 2017, à 4,3 millions d'unités. Ce tassement s'explique par le fait que davantage de modèles sont désormais produits hors d’Allemagne. Mais, il s’explique aussi par la plus faible demande en provenance du Royaume-Uni en raison de la variation des taux de change consécutive au Brexit.

La Grande-Bretagne est le premier marché à l'export de l'industrie automobile allemande en volume, et le deuxième en valeur derrière les Etats-Unis.

En pleine négociation des termes du Brexit, le patron de la VDA a par ailleurs souhaité "que le Royaume-Uni reste dans une alliance de marché" avec l'UE, par opposition au Brexit "dur" défendu par une partie des conservateurs britanniques.

L'Allemagne résiste mieux que les autres pays européens


Une telle ligne dure "n'est pas bonne pour nous, mais aussi pour le marché britannique (…) On se prépare à d’énormes complications bureaucratiques", a averti M. Wissmann.

La production automobile en Allemagne avait progressé de 0,7% en 2016 et son dernier repli date de 2012 (-3,7%).

M. Wissmann s'est toutefois félicité du niveau de la construction automobile en Allemagne, à peu près stable par rapport à 2007 (5,7 millions d'unités), alors qu'elle a drastiquement diminué dans les pays voisins ces dix dernières années, à savoir d'au moins 30% (à 1,8 million d'unités) en France et de 17% (à 756.000 unités) en Italie.