L’enquête remonte au sommet. Le PDG d'Audi, Rupert Stadler, est personnellement soupçonné de fraude dans le cadre du scandale des moteurs diesel truqués. C’est le parquet de Munich qui en a fait l’annonce, ce 11 juin 2018.

"L'enquête dans le cadre de l'affaire diesel concernant les moteurs Audi a été étendue et depuis le 30 mai 2018, le PDG d'Audi Rupert Stadler ainsi qu'un autre membre du directoire actuel font partie des personnes soupçonnées", écrit le parquet dans un communiqué.

Selon l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, Bernd Martens, directeur des achats chez Audi, serait ce deuxième haut responsable de la marque visé par l'enquête.

Emission de faux certificats


Des perquisitions ont eu lieu ce 11 juin 2018 aux domiciles de ces deux personnes, mises en cause pour "fraude" et pour avoir contribué "à l'émission de faux certificats", précisent les enquêteurs.

L'agence fédérale de l'automobile KBA avait ordonné la semaine dernière le rappel de quelque 60.000 Audi A6 et A7 après la découverte d'un "logiciel illicite" capable de fausser les niveaux d'émissions de gaz polluants afin d'économiser l'AdBlue.

L'ancien PDG de VW, Martin Winterkorn, et son successeur Martin Müller, mais aussi l'actuel chef du conseil de surveillance du groupe VW, Hans Dieter Pötsch, et l'actuel président de VW, Herbert Diess, sont visés par des investigations.