Les Etats-Unis et la Chine seront-ils les derniers grands marchés de General Motors ? Progressivement, le géant de Détroit deviendra moins général, en tout cas moins mondial qu’il ne l’était lorsqu’il était encore le premier constructeur du monde, il y a six ans.


C’est en tout cas ce que montre le retrait du constructeur de nombreux grands marchés. En renonçant à développer Chevrolet en Europe, puis en vendant Opel à PSA, il se retire de la troisième plus grande région automobile du monde, après la Chine et les Etats-Unis.


Le retrait d’un marché indien de 4 millions de véhicules

Il vient d’annoncer qu’il va arrêter de vendre sa marque Chevrolet en Inde d'ici à la fin de l'année, renonçant à pénétrer l'un des marchés mondiaux bénéficiant de la plus forte expansion. Paradoxe : il continuera à fabriquer des voitures en Inde destinées à l'exportation.


Certes, le géant américain n'y avait qu'une présence marginale, avec deux usines, l'une à Talegaon (Etat de Maharashtra) qui continuera à être un centre de construction pour l'Amérique latine, et l'autre à Halol (Etat de Gujarat) qu'il a prévu de céder.


"En Inde, nos exportations ont triplé au cours de l'année écoulée et cela restera notre objectif", a assuré Stefan Jacoby, président de GM International.


Environ 4 millions de voitures ont été vendues en Inde l'année dernière, un chiffre qui devrait monter à 7 millions d'ici à 2022, ce qui en fait l’un des marchés mondiaux dont la croissance est la plus forte.

Profil bas en Afrique du Sud et en Australie

Par ailleurs, GM a annoncé qu'il allait arrêter de vendre la marque Chevrolet en Afrique du Sud d'ici à la fin 2017, et qu'il vendra son activité de construction à Isuzu Motors dans ce pays.

Enfin, d’ici à la fin de cette année, va arrêter la production de véhicules pour sa marque Holden en Australie. Il se contentera de distribuer des produits importés, notamment des Chevrolet et des Buick rebadgées Holden. Remarquons qu’environ 30% des véhicules d’Holden étaient des Opel sur lesquelles ont apposait, le Lion roulant une roue, symbole de sa marque australienne.

La débâcle russe
En 2015, GM avait annoncé la fermeture de la quasi-totalité de ses usines en Russie. Ses marques Opel et Chevrolet se sont retirées du marché russe, complètement pour la première et à l’exception de certains modèles ciblés pour la deuxième.

Le partenariat avec le russe GAZ pour la fabrication de Chevrolet a été stoppé. A l’avenir, GM veut « se concentrer sur le segment premium du marché russe », à savoir les marques Cadillac et une poignée d’icônes américaines de Chevrolet »