Comment servir la clientèle des grands centres urbains ? La marque Audi gère cette problématique, depuis 2012, avec son concept Audi City déjà implanté à Pékin, Berlin, Londres et Istanbul. Le 5e du genre est inauguré ce 14 juin 2016 en plein coeur de Paris, place du Marché Saint-Honoré (1er arrondissement) à deux pas de l'Opéra Garnier.
Si l'investissement de 4 millions d'euros est porté par la marque, l'exploitation repose entièrement entre les mains du groupe Bauer, qui en 2015 compte 2150  véhicules neufs vendus, un chiffre d'affaires de 101 millions d'euros pour une rentabilité de 1,5%.

Les centres Audi City répondent à une double problématique : continuer à présenter l'intégralité de la gamme qui, comme l'a annoncé Dominique Boesch, directeur des ventes Europe de la marque, passera de 50 modèles cette année à près de 60 dans 10 ans. « C'est une véritable richesse mais aussi un casse-tête pour présenter cette vaste gamme à notre clientèle. » Ce qui semblait impossible à mettre en œuvre, sans mètres carrés supplémentaires, il y a encore quelques années, est facilement résolu avec le digital aujourd’hui.

Utiliser le digital au lieu des m²

« Grâce au digital, il est désormais possible toute la gamme dans un tiers d’une superficie moyenne de showroom. Ce progrès est essentiel d’autant qu’en 2030, près de 60 % de la population mondiale habitera dans des zones urbaines et que les configurations des véhicules  se multiplient. Seule une digitalisation permet de montrer cette diversité », présente Marc Meurer, directeur d'Audi France.

Dès l’entrée dans le centre, tout n’est que luxe, calme et digital ! Quatre « customer private Lounge » (salons privés) permettent aux clients de garder le côté chaleureux et cosy du centre près d’un espace réalité virtuelle avec casque et bien sûr le powerwall qui peut atteindre 40 m² en partant du sol jusqu'au plafond (le centre de Paris en compte deux qui peuvent être reliés ensemble lors d’évènements spécifiques). Ils transmettent les images émanant les tables multitouch qui permettent  de configurer les modèles et d’en voir le résultat immédiatement sur écran géant. La configuration extérieure se poursuit avec l’ouverture virtuelle des portes et la vision intérieure la voiture lors des choix d’équipement et de matériaux. Dès le week-end du 18 juin, ces écrans serviront à retransmettre la course et des stands Audi lors des 24 h du Mans.

Le groupe Bauer gère l'exploitation

6 ambassadeurs accompagnent les 4 conseillers commerciaux dans le processus de vente jusqu'à la fin de la commande et la livraison du véhicule. « L'objectif des ambassadeurs est d'écouter le client afin de trouver sa corde sensible, d'étudier son comportement. Deux de ses ambassadeurs disposent d'un chemin de compétences différents puisqu'ils doivent également remonter au siège de la marque des informations sur des options qui pourraient manquer », explique Thierry Tanfin, directeur du groupe Bauer Paris. « En tout, ce sont 14 personnes, qui travaillent dans le centre afin de proposer également des horaires élargis : le jeudi et le vendredi, nous fermons les portes à 22h30 et le samedi à 20h00. »
Un investissement humain conséquent qui trouve une large compensation dans le panier moyen d'un centre Audi City : 46 000 € HT contre 38 000 € HT en moyenne dans les terminaux et concessions d'Ile-de-France. Thierry Tanfin espère même faire grimper cette facture moyenne d'un Audi City de 25 % pour un objectif de vente de 650 véhicules neufs. Le groupe Bauer Paris (dont l'actionnaire est le groupe Urcun) compte aujourd'hui 4 sites de distribution en région parisienne (Saint-Ouen dans le 95, Paris Wagram, Nanterre dans le 92 et Audi City). A Saint-Ouen se trouve également le plus grand Audi Service de France avec 27 ponts. Un 5e site vient de voir le jour à Saint-Witz afin d'accueillir toute l'offre de véhicules d'occasion (425 places de parking) hors marque Audi (mais très haut de gamme).

Enfin le groupe va encore se renforcer chez Audi en ouvrant en 2018 un site dédié près de l'aéroport de Roissy (95). Pour 2016, Audi Bauer Paris prévoit 2600 ventes de VN, 700 VO et un chiffre d'affaires compris entre 117 et 130 millions d'euros.