Marketing, base de données, gestion de la relation client, le digital bouleverse l'ensemble des points de contact avec les automobilistes. Si la création d'un ou de plusieurs sites internet a longtemps fait parti des pré-requis pour la distribution automobile, cette étape est largement insuffisante aujourd'hui. Le groupe Lamirault, dont le siège social vient de déménager dans la zone d'activité de Nogent-Le-Phaye (28), près de Chartres a décidé de s'attaquer à sa transformation digitale.

A la tête de cette nouvelle direction marketing, Olivier Crance et Thomas Lamirault, deux trentenaires qui oeuvrent dans des agences digitales pour le premier et dans le secteur du multimedia et des jeux videos pour le second, depuis plusieurs années.

Le groupe a choisi, il y a maintenant quelques années, de proposer un site internet central
accompagné de sites dédiés par concession. « Cette stratégie était basée sur le principe de la toile d'araignée. Un principe que nous préservons en lui faisant prendre le virage responsive design afin de mieux coller aux habitudes de consultation des internautes ». Le groupe avance un taux de consultation sur mobile de l'ordre de 30 à 50 % selon les marques soit l'équivalent des données apportées par Google. En effet, selon l'étude Auto Search dévoilée en fin d'année 2016, Google prévoit que plus de 50 % des requêtes automobiles seront effectuées dès 2017 à partir d'un smartphone. Le point d'équilibre avec les requêtes établies sur ordinateur devrait se trouver dès le mois de juillet de cette année.

Lire également Etude Google 2016 : le mobile prend le pouvoir pour la recherche auto

« Mais le site qui réalise le plus d'audience reste celui du groupe Lamirault, ce qui renforce l'idée que l'utilisateur organise moins ses recherches par la marque que par le type de voitures », précise Thomas Lamirault. Dans cette phase de pré-achat de l'automobiliste, le groupe va donc s'atteler à améliorer l'ergonomie des sites, leur contenu et amener le chat qui permet de guider aisément les internautes. Dans un deuxième temps, le plan de bataille
Le groupe Lamirault a intégré un studio video 360° sur site de préparation.
va s'attarder sur une amélioration de la présence web du groupe que ce soit par le biais de l'emailing ciblé (ventes privées, opération occasion) ou encore des réseaux sociaux.

Mais la stratégie, qui va nécessiter plus d'une année de travail et de développement, consiste à repartir de la base de la transformation numérique des groupes de distribution et bien sûr de la gestion de la donnée client. « La donnée client, la data, sont l'or noir du digital », remarque en souriant Olivier Crance. « et notre objectif final repose bien sur la création d'un référentiel unique pour le groupe qui aboutira à un CRM maison sur lequel nous choisirons différents outils de gestion à connecter », ajoute Thomas Lamirault.

Lire également : Etude Google 2016 : quand le lead en ligne perd de sa splendeur