Par petite touche, la société VO3000 déroule sa nouvelle feuille de route. Rachetée en mai dernier par le groupe de distribution Parot (qui détient 80 % du capital), l’entité auvergnate n’est plus seulement un spécialiste de la vente de véhicules d’occasion à marchands, mais également un relais au service de la stratégie VO de l’opérateur familial. Un virage, attendu et logique par rapport aux ambitions affichées par Alexandre Parot, qui prend forme depuis plusieurs mois.

En couverture ses reprises des concessions


Durant la période estivale de 2016, un audit a été réalisé afin d’analyser les points forts et les points faibles de la société. Ce chantier de trois mois a abouti à une réorganisation en interne et permis de déterminer plusieurs axes de développement. Historiquement spécialisé dans la vente des marques françaises, VO3000 a revu son sourcing afin de proposer une offre plus diversifiée. Une orientation qui s’est accompagnée d’un enrichissement de la base clients et d’une optimisation des emailings. L’entité commence à se positionner en soutien des concessionnaires du groupe Parot afin de couvrir les potentielles reprises, et ainsi faciliter les transactions. « Même si le taux de reprise est plutôt satisfaisant au sein des affaires, l’objectif est de l’augmenter de 10 % grâce à notre couverture », entrevoit Julien Mongis, qui a pris la direction générale de VO3000 l’été dernier. Ces produits plus âgés viendront ensuite alimenter le stock du négociant.

Des réflexions sont également engagées pour envisager de centraliser l’ensemble des achats de véhicules d’occasion au sein de l’entité auvergnate. A ce jour, chacune des plaques du groupe Parot s’appuie sur un responsable occasion qui gère son stock et son sourcing. En revanche, la création d’un troisième centre VO3000, en complément des sites de Clermont-Ferrand (63) et Poligny (39), n’est pas à l’ordre du jour. Dans les prochaines semaines, la direction va s’attaquer au cahier des charges de la nouvelle plateforme digitale de VO3000, afin de proposer des services additionnels et des nouvelles solutions aux professionnels. 

Car & Cash fortement challengé


Créée en 2011, l’enseigne Car & Cash, spécialisée dans la reprise de VO auprès des particuliers, a débouché sur la reprise d’environ 800 voitures l’an passé, un chiffre en retrait par rapport en 2015. « Nous ne sommes plus tout seul sur ce business, par conséquent notre part de marché a diminué. Le trafic sur le site reste stable mais nous avons du mal à nous aligner sur les prix affichés par un acteur, qui se montre particulièrement agressif », explique Julien Mongis. Le taux de transformation, qui s’était un temps rapproché des 5 %, se situe désormais plus près des 3 %. Pour relancer la machine, la société va mettre l’accent sur sa solution Car & Cash Pro, via le lancement d’un nouveau module de reprise et la mise en place de process automatisés.

En 2016, VO3000 a commercialisé un total de 4 900 unités à marchands, dont 60 % de véhicules âgés de moins de 18 mois, et représenté un chiffre d’affaires de 57M€ d’euros.