Le bénéfice net du constructeur suédois est ressorti à 6,0 milliards de couronnes (626 millions d'euros) contre 1,9 milliard un an plus tôt, pour un chiffre d'affaires accru de 12%, à 88,4 milliards (+6% hors effets de change et acquisitions). Sa marge opérationnelle est passée à 9,7% contre 7,8%.

Si les revenus de la division poids lourds --de loin la plus importante-- ont progressé de 8%, à 56 milliards de couronnes, les livraisons ont diminué de 1% en raison de tensions dans sa chaîne de distribution qui ont fait reculer la marge d'exploitation à 9,6% (-0,4 point).

Le PDG Martin Lundtsed s'est félicité "de la bonne demande en Europe, avec notamment une reprise nette en Russie, ainsi que de l’amélioration progressive en Amérique du nord et du sud".


S'agissant des engins de chantiers (Volvo CE), le trimestre a été positif avec un chiffre d'affaires en augmentation de 36% à 18,5 milliards de couronnes et une marge opérationnelle multipliée par plus de deux à 13,3% sous l'effet d'une réduction des coûts opérationnels.

Les ventes de bus ont progressé de 4% à 6,9 milliards de couronnes et dans les moteurs marins, Volvo a bénéficié d'une forte demande saisonnière avec un chiffre d'affaires en hausse de 15% à 3 milliards.