Le loueur de longue durée dont 20% du capital a été introduit en Bourse en juin 2017, par son propriétaire, la Société Générale, doit présenter ses comptes au marché financier.

Au premier trimestre de 2018, il a vu son bénéfice net se tasser de 4,8% à 136,6 millions d’euros,  après un bond de 10,9% en 2017.

La croissance des marges des contrats de location et de service a compensé la nette baisse du résultat de la revente de voitures.

Les charges d'exploitation ont augmenté de 5,3%, en raison notamment, selon la direction, de dépenses technologiques et d’autres facteurs tels que des frais liés à l'introduction de l'entreprise sur Euronext Paris en 2017.

"ALD a démarré 2018 avec une bonne dynamique après une année de croissance record" --l'exercice 2017 s'étant soldé par une hausse du bénéfice net de 10,9% avec un bond du volume d'affaires de 7,1%--, a commenté le directeur général Mike Masterson.

La location aux particuliers est un succès


"Nous continuons à capitaliser sur nos investissements en technologie, un facteur clé différenciant dans le développement de notre activité. Notre stratégie de diversification des canaux de distribution soutient la forte croissance organique de notre flotte. Le déploiement de notre offre de location aux particuliers se poursuit avec succès", a-t-il détaillé.


Pour 2018, ALD prévoit une poursuite de la croissance de la flotte dans le monde de l'ordre de 8 à 10%, après +9,8% en 2017. La flotte comprenait 1,54 million de véhicules fin mars, un chiffre en hausse de 9,3% sur un an.

La Société Générale avait introduit en Bourse 20% d'ALD en juin 2017, la plus grosse opération à Paris depuis la mise sur le marché du gérant d'actifs Amundi fin 2015. La banque française avait levé près de 1,16 milliard d'euros à cette occasion.