Les constructeurs allemands auraient prévenu leurs fournisseurs d'un ralentissement de la production à venir.Au pays des aveugles les borgnes sont rois. Avec un recul de seulement 1% de ses immatriculations depuis le début de 2012, l’Allemagne réalise une belle performance et s’en sort beaucoup mieux que la France ou l’Italie où les ventes s’effondrent.
 

Outre-Rhin, les ventes de voitures neuves ont baissé en août, pour le deuxième mois consécutif, reculant de 5% à 226.600 véhicules.


Sur les huit premiers mois de l'année, elles se sont élevées à environ 2,1 millions d'unités, un niveau en recul de 1% par rapport à la même période de l'année dernière.


Le monde de l'automobile allemand n'est guère optimiste pour les mois à venir. Vu le contexte économique européen, « nous nous attendons à davantage de vents contraires pour le reste de l'année, a commenté Matthias Wissmann, le président de la VDA, l’organisation professionnelle de l’automobile allemande. Nos fabricants et sous-traitants mettent en place des mesures de flexibilité et peuvent réagir en conséquence»


Côté production, les constructeurs d'Outre-Rhin ont appuyé sur la touche ralenti. En août, la production de voitures a baissé de 1% à 368.300 véhicules. Elle reste néanmoins soutenue par les exportations qui ont progressé de 1%.
 

Sur leur marché intérieur, les marques allemandes s'en sortent un peu mieux que les marques étrangères, avec un recul de 4% contre -5% pour les marques non-allemandes.

Signe de l'apparition de difficultés, Volkswagen aurait mis en garde ses sous-traitants contre une baisse de sa production, selon le journal spécialisé Automobilwoche, une information qualifiée de spéculation par le groupe, numéro un européen.

De son côté, Opel (groupe General Motors) a décidé d'instaurer des mesures de chômage partiel dans trois de ses usines allemandes.