En repli de 6,7 % en avril, le marché de la seconde main hexagonal a aussitôt rebondi en affichant une hausse de 5 % en mai par rapport au même mois de l’an passé, avec 480 932 véhicules immatriculés. Les marques importées se sont montrées, comme souvent, les plus dynamiques (+7 %), portées par les fortes croissances de Dacia (+18,5 %), Kia (+20 %), Mini (+12,7 %) ou encore Toyota (+14,7 %). Du côté des marques françaises, la hausse s’est élevée à 3,4 %. Les immatriculations de DS ont bondi de 14,3 % sur ce mois, tandis que celles de Renault ont reculé de 0,7 %. Citroën et Peugeot ont enregistré respectivement des progressions de 6,6 % et 5,7 %.

Le moins d’1 an cartonne


Bien alimenté par les VD et les ventes aux loueurs de courte durée, le segment des véhicules âgés de moins de 1 an continue de soutenir le marché français, avec une progression de 18,8 % en mai, à 41 941 unités. Citroën et Peugeot ont été particulièrement en vue sur ce canal, avec respectivement des bonds de 44,4 % et 18,1 %. Renault a vu ses immatriculations grimper de 9,6 %. Certaines marqués importées ne sont pas en reste, comme Ford (+55,4 %), Fiat (+35 %), Hyundai (+37 %), Mazda (+35,4 %) ou Mercedes-Benz (+35,9 %).

Avec 113 506 VO immatriculés, la tranche des produits âgés de 1 à 5 ans a enregistré une hausse de 2,3 %. Peugeot a signé la progression la plus notable chez les français sur ce mois (+8,3 %), tandis que Citroën (-0,3 %) et Renault (-3,1 %) ont vu leurs immatriculations fléchir. Quatre marques importées ont affiché des croissances à deux chiffres : Dacia (+12,9 %), Fiat (+12,6 %), Land Rover (+18,3 %) et Mercedes-Benz (+11,7 %).

Enfin, le segment des VO âgés de 5 ans et plus a grimpé de 4,5 % sur ce mois, à 325 485 unités. Il a représenté 67,7 % du marché global. Il s’est immatriculé 2,5 VO pour 1 VN en France en mai 2017, un ratio qui témoigne d’un marché du neuf qui progresse plus rapidement que celui du véhicule d’occasion.


+1,3 % sur cinq mois



Au cumul des cinq premiers mois, 2 391 854 automobiles d’occasion ont été immatriculées en France, soit une hausse de 1,3 % par rapport à la même période de l’an passé. Sur la période, le segment des VO âgés de moins de 1 an affiche une progression de 12,6 %, et celui des véhicules de 5 ans et plus de 0,8 %, tandis que la tranche des produits âgés de 1 à 5 ans accuse un repli de 1,1 %.

A noter, enfin, que le marché des véhicules utilitaires d’occasion a enregistré une progression de 3,1 % en mai 2017, à 69 022 unités. Sur cinq mois, il affiche un recul de 0,4 %, à 346 925 véhicules.