La tendance à la hausse constatée depuis le début de l’année se confirme encore en octobre. Au cours du mois écoulé, le marché automobile français a bondi de 13,73% à 176 504 voitures. Cette envolée résulte notamment d’un plus grand nombre de jours ouvrés (22 jours, contre 21 jours en 2016), en données corrigées la progression n'est que de 8,6%, ce qui reste néanmoins une belle avancée.

Au cours des dix premiers mois de l'année, la croissance s'affiche à 4,81%, avec un peu plus de 1,73 million de voitures particulières.

Les groupes français ont vu leurs ventes augmenter de 20,35%, tandis que les constructeurs étrangers ont connu une hausse plus faible de 6,48%.

Le groupe PSA totalise 56.468 véhicules, en intégrant les ventes d'Opel dans ses chiffres (6 103 véhicules) et s'installe désormais comme incontestable premier constructeur français.

La marque allemand lui apporte 6 103 voitures soit 3,46 points de marché.

Citroën reste à la peine avec un tassement de 1,6% de ses ventes, ce qui la fait tomber en dessous des 10% de pénétration. DS ne parvient toujours pas à décoller et ne dépasse pas le point de marché.

Le lion en bonne forme


Peugeot, en revanche, a le vent en poupe (+19,1%) et dépasse les 18% du marché.

« La bonne nouvelle sur ce mois d’octobre est que la croissance du marché a été soutenue par les « canaux business ». Nous avons notamment progressé d’1 point sur le canal des particuliers et encore davantage sur celui des sociétés, tandis que nous avons stabilisé notre part sur les canaux tactiques », informe Guillaume Couzy, directeur du commerce de Peugeot France.


Avec une progression de 19,1 % et une part de marché de 18,3 %, la marque au lion continue de surfer sur son trio de SUV 2008, 3008 et 5008 (plus de 40 % des ventes), qui ont représenté 8,5 % du marché français sur le mois d’octobre. « Nous avons aussi profité de la bonne tenue des berlines de grande diffusion que sont les 208 et 308, complète Guillaume Couzy. Notre animation commerciale reste identique depuis plusieurs mois et nous n’allons pas procéder à de changements majeurs sur cette fin d’exercice. Nous nous appuyons principalement sur deux plans d’action : les reprises Argus + bonifiées et la LOA, via des mensualités attractives».

Le groupe Renault a crû de 16,19% en octobre, à 41.139 véhicules, avec une poussée de sa marque Renault (+17,4% à 32.651 véhicules) tandis que Dacia limite sa hausse à +11,63%, à 8.487 véhicules.

Notons que la première Alpine immatriculée apparaît dans les statistiques.

Les deux groupes français contrôlent ensemble plus de 50% du marché national (55,3%) en octobre, renforcé par l’intégration d’Opel PSA (32% des immatriculations) surclasse désormais largement son rival (23,3%).

Nouveau duel Toyota-Nissan


Du côté des constructeurs étrangers, les ventes sont également en hausse en octobre, de 6,48% avec 78.884 véhicules.

Premier importateur, avec 13% du marché sur le mois écoulé, le groupe Volkswagen enregistre une hausse de ses volumes (+7,05%) grâce notamment à un bond des marques Skoda (+25,22% à 2.542 véhicules) et Seat (+11,64% à 1.947 véhicules).

Sa principale marque, Volkswagen, n’affiche qu’une timide hausse de 3,6% à 12.095 véhicules.

Le groupe BMW bondit de près de 16%, grâce surtout à sa marque Mini (+26,4% à 2.582 exemplaires.

Chez les japonais, Toyota (+22%) et Nissan (+24,35%) progressent au même rythme, alors que jusqu’à présent l’allié de Renault avait décroché du marché. On retrouve un duel qui avait régulièrement animé le marché l'année dernière.

Ford semble se réveiller et progresse de 15,87% et Fiat-Chrysler garde la forme (+ 14,67%), grâce à ses marques Fiat (+11,88%) et Jeep (+26,19%).