Pour sa 6ème édition, le salon de l'emploi automobile, organisé par Autorecrute, s’est installé pendant deux jours place de la Concorde dans le cadre du salon Paris pour l'Emploi. Une première qui a permis d’attirer 45 exposants, contre une trentaine lors des opérations organisées dans les locaux de L’argus, et d’accueillir plus de 5 000 candidats, contre 1 200 à 1 500 sur un jour lors des précédentes éditions. Au total, 15 000 entretiens ont été réalisés pendant ces deux journées.

 Aux habitués des deniers salons (Hess, Colin, Nissan…) sont venus s’ajouter des nouveaux exposants : Jaguar Land Rover, Peugeot chez les constructeurs, Parot, Schumacher et Como pour les groupes de distribution ou encore des acteurs en développement tel que Reezocar. Des techniciens, des peintres, des carrossiers ou encore des vendeurs figuraient parmi les principaux profils recherchés.  Au total, au moins 2 000 postes étaient à pouvoir sur le salon de l'emploi automobile. Le rattachement au salon Paris pour l'Emploi a également permis aux sociétés représentées d’accueillir des profils plus larges et moins spécifiques à l’automobile, tels que des directeurs financiers, des responsables de ressources humaines ou des comptables.

Parot recrute pour accompagner sa croissance


Implanté dans le Sud-Ouest (Brive, Bordeaux, Toulouse) mais également en Île-de-France et en région Centre-Val de Loire, depuis le rachat cet été du groupe Berha, le groupe Parot proposait une quinzaine de postes pour accompagner sa croissance (techniciens, magasiniers, attachés commerciaux…) ainsi que son développement digital (responsable Web, DSI). Environ 4 candidatures correspondaient aux profils recherchés le vendredi en fin de matinée. L’opérateur réfléchit actuellement à l’élaboration d’une vitrine Internet dédiée à l’emploi, tournée à la fois vers les collaborateurs mais également les futurs salariés.

Carmeleon en quête de carrossiers-peintres


Déjà exposant en 2015, le réseau de carrosserie automobile à domicile Carmeleon ciblait précisément des carrossiers-peintres dotés de 2 ou 3 années d’expérience pour renforcer sa présence en Île-de-France. « Nous manquons actuellement de profils de techniciens et de carrossiers-peintres sur le marché, regrette Laurent Didenot, directeur du développent commercial de l’enseigne. Sur le salon, j’ai conservé deux ou trois candidatures intéressantes de jeunes qui pourraient intervenir sur les plateformes logistiques de nos clients constructeurs ou loueurs en région parisienne, en revanche je n’ai pas rencontré de candidat pour rejoindre notre activité de carrosserie mobile ». En parallèle, le réseau recense quelques candidatures spontanées via son site Internet.