Dans le cadre de son enquête menée pour le compte du BIPE, Kantar TNS a relevé que 75% des 24 000 personnes interrogées à travers le monde en zones urbaines avaient désormais recours à des applications sur smartphone pour organiser leurs déplacements. Il s’agit le plus souvent d’applications qui permettent de commander un taxi, d’organiser un co-voiturage ou de connaître les coûts ou les encombrements liés aux trajets.

Kantar TNS souligne notamment que des services comme ZipCar ou Blablacar réalisent des entrées remarquées sur certains marchés urbains. 13% des citadins ont maintenant régulièrement recours au co-voiturage, et plus de la moitié des "millennials" (génération Y) dans une ville comme Londres ont recours aux services d’Uber ou de Gett au moins une fois par mois. « Le paiement « à la course » par téléphone a complètement révolutionné la mobilité : de l'abandon de leur voiture, 22% ont même opté pour les services de mobilité partagée comme mode principal de transport », rapporte le spécialiste des études marketing.

"L'avènement des nouvelles technologies a permis une ouverture à de nouveaux services de mobilité. En Europe par exemple, le recours au co-voiturage est passé de 22% à 29% entre 2013 et 2016, pendant que l'auto-partage progressait de 4% à 7%, rapporte Rémy Pothet, senior Partner au BIPE. Sur la base de notre expertise de prévision en matière de mobilité, nous pensons que l'expansion des flottes de voitures à la demande va permettre une baisse importante du coût de ces services. Cela va contribuer à accentuer la mobilité des individus, à mesure que les tarifs baisseront. Nous pensons que l'avènement de la voiture autonome accentuera encore cette tendance ».

L’auto, une contrainte pour un tiers des non-propriétaires interrogés


Plus d'un quart des personnes interrogées (27%) affirment conduire moins qu'ils ne le faisaient il y a six mois (ces chiffres atteignent localement 29% à Shanghai, 34% à Paris, 37% à Sao Paulo, 43% à Mumbai et 24% à New-York). Une personne sur trois ne possédant pas de véhicule considère le fait de détenir un véhicule comme une dépense et une contrainte. Pour 22% des non-propriétaires, les embouteillages représentent la raison principale pour ne pas détenir un véhicule, un chiffre qui monte jusqu'à 40% à New-York.