Le diesel n'a plus le vent en poupe, les ventes de voitures particulières neuves en ont apporté la démonstration en 2017 : -4,8% d'immatriculations en métropole. Mais derrière ce chiffre global se cachent quelques disparités locales, et une petite surprise. Les ventes de diesels neufs ont continué de progresser en France l'an dernier pour les véhicules d'une puissance fiscale de 6 CV et plus : +1,5%, avec 600 231 VN au gazole distribués contre 591 307 en 2016.
Puisque baisse il y a eu au niveau national, elle est à mettre sur le compte des voitures de moins de 6 CV : -13,4% et 377 953 exemplaires... Le diesel a donc massivement baissé sur un segment où il est voué à la quasi-disparition, à savoir les "petits" véhicules que sont les citadines et polyvalentes.

D'un point de vue géographique, la chute des ventes de voitures neuves diesels n'a pas grande cohérence. Tout juste peut-on considérer que le gazole n'est plus très plébiscité dans les Alpes, ni sur la côte Atlantique... bien que le département qui s'est distingué en 2017 soit situé en Occitanie.

1) Ariège, 1886 VP diesels neufs immatriculés, -36,3%
2) Doubs, 9853, -22,5%
3) Paris, 25 243, -14,9%
4) Savoie, 7060, -9,6%
5) Pas-de-Calais, 18 482, -8,6%
6) Charente, 4279, -8,1%
7) Haute-Savoie, 12 287, -7,4%
8) Vendée, 7816, -7,3%
9) Charente-Maritime, 8483, -6%
10) Oise, 74071, -5%