Une fois de plus, les experts en automobile souffrent d'une mauvaise réputation. Et bis repetita, la profession doit encore démentir des chiffres diffusés lors d’un reportage sur France 2, le 4 janvier 2018. (A lire également, L'ANEA, révoltée après la diffusion d'un reportage dans Turbo de M6).
Traitant du fameux scandale des épaves roulantes, les journalistes ont mis en exergue des données que la profession aurait elle-même communiquées, à savoir, 5 à 7 % des experts en automobile seraient qualifiés de véreux. Et selon le média, une quarantaine continuerait "à remettre en circulation des véhicules accidentés à tour de bras en France". Il reprend également l'enquête de l'Express en mentionnant les quelque 50 000 véhicules en mauvais état qui auraient été remis à la route depuis trois ans.
Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd puisque la Confédération française des experts en automobile (CFEA) a souhaité réagir par communiqué.

« La profession qui compte plus de 3 300 experts a condamné et condamnera toujours avec la plus grande fermeté les agissements de cette infirme minorité d’experts déviants. A ce jour, rappelons que les actions judiciaires menées concernent moins de dix professionnels, soit 0,3%... », souligne l’organisation réunissant l’ANEA, BCA Expertise, UPEAS et le SEI*.

La profession dénonce donc cette information et s’inscrit en faux car elle est « diffamatoire, ne repose sur aucune réalité et ne conduit qu’à jeter l’opprobre sur une profession totalement mobilisée pour améliorer la sécurité routière au quotidien, en autorisant à circuler des véhicules parfaitement remis en état par des réparateurs compétents ».

La confédération rappelle également que le métier s’est réorganisé et que plusieurs organes de contrôles ont vu le jour comme un conseil de discipline, une commission d’arbitrage ou encore un comité de déontologie. Le ministère de tutelle s’est même doté d’une commission nationale des experts en automobile présidée par un conseiller d’Etat afin d’instruire toute plainte et la relayer auprès du ministre de l’Intérieur.


*ANEA : Alliance nationale des experts en automobile - UPEAS : Union professionnelle des experts en automobile salariés - SEI : Syndicat des experts indépendants