Derrière les chiffres du marché, la réalité est parfois moins flatteuse comme en témoigne une nouvelle fois les chiffres d'immatriculations du mois de novembre. Si AAA Data communique sur une progression de 8,5 %, la lecture par canaux de vente offre une toute autre histoire. Certes, la fin de l'année est positive avec 163 187 immatriculations (statistiques définitives fournies par Dataneo), mais la part des ventes tactiques atteint également des niveaux rarement égalés !

Sur le seul mois de novembre, les véhicules de démonstration frôlent les 26 300 unités selon AAA (et selon les chiffres Dataneo, ils dépassent même les 27 400 véhicules), soit 16 % des cartes de grises du mois ! Certaines marques vont bien au-delà de cette moyenne. Renault en fait partie avec 22,2 % de ses immatriculations placées dans le réseau mais aussi Opel (20,4 %), Fiat (21 %), Hyundai (22,7 %) ou encore DS (22,8 %). Dacia reste largement en-dessous de ce niveau mais la progression de près de 200 % par rapport à novembre 2015 peut rendre perplexes les analystes.

« Les ventes tactiques, qui étaient exceptionnelles et servaient à améliorer une fin de mois ou de trimestre sont désormais un critère de pilotage permanent des résultats d'une marque », remarque ce distributeur. « Nous entrons aujourd'hui dans une nouvelle phase du business ! Le seul avantage avec ces VD est que nous proposons des prix proches de ceux pratiqués par les mandataires ! »

Au global, le canal des démonstrations a bondi de 43,4 % sur novembre. Mais depuis le début de l'année, ce sont donc 267 273 véhicules selon les chiffres Dataneo contre 237 621 sur 11 mois en 2015 : la hausse atteint 12,5 % par rapport à l'année dernière pour représenter 14,6 % des immatriculations totales depuis le mois de janvier, 1 point de plus qu'en 2015. Heureusement, les loueurs de courte durée ont fortement réduit la voilure et ne pèsent que 7,5 % du marché mensuel et sur ce canal, les marques automobiles sont restées assez raisonnables.

Peugeot surfe sur les ventes aux particuliers

Les ventes aux clients particuliers sont cependant plutôt dynamiques selon Dataneo qui prend en compte aussi les véhicules de ce canal, quels que soient leur mode de financement (location de longue durée, avec option d'achat ou au comptant), 81 417 véhicules ont été immatriculés sur ce canal, en hausse de 3,8 %. Au cumul, la progression est nettement plus faible (+0,6%) puisque 893 734 unités sont comptabilisées sur un total de 1 820 937 cartes grises depuis le début du mois de janvier.
La bonne nouvelle vient plutôt des carnets de commandes. Xavier Duchemin, directeur du commerce France de Peugeot, ne cache ainsi pas son bonheur de voir les carnets de commandes s'envoler avec 3008. 

« Nous avons engrangé plus de 22 000 commandes en deux mois de commercialisation, c'est un record qui se transformera dans les semaines qui viennent en immatriculations », explique Xavier Duchemin.

Avec quelques bonnes surprises du côté des commandes : la très nette montée  en gamme puisque les demandes se portent quasi-exclusivement sur le niveau 3, des version GT et des boîtes automatiques. Les chiffres ne sont pas encore tombés mais le panier moyen continue de progresser chez Peugeot. Cette tendance devrait se poursuivre sur le début de l'année avec l'arrivée du nouveau 5008 à la fin du premier trimestre mais pour lequel les commandes sont ouvertes à partir du 5 décembre prochain.

Chez Citroën, les commandes sont également en nette hausse mais contrairement à Peugeot, où le nouveau 3008 a pris le relais de l'ancien, la nouvelle C3 cohabite toujours avec l'ancienne jusqu'au début de l'année prochaine.

« La nouvelle C3 génère beaucoup de trafic dont profite encore l'ancien modèle. Au global, la famille C3 enregistre 9 000 commandes », précise Amaury de Bourmont, directeur du commerce France de Citroën et DS.

La marque qui avait placé le nouveau modèle dans le réseau depuis le mois d'octobre fait cependant face à une problématique de stock puisque les clients sont séduits par les Airbumps et surtout les versions bi-tons qui sont demandées à 65 %.

« Nous devons apprendre à vendre les voitures en stock également qui sont parfois différentes des demandes des clients. Nous devons aussi apprendre à vendre des voitures personnalisables et les concessionnaires à venir piocher dans le stock national! », ajoute Amaury de Bourmont.

DS de son côté fait également la grimace. Avec 1 712 immatriculations, la marque se place ainsi derrière Mini et Suzuki et chute de presque 25 % sur le mois. Les 150 partenaires distributeurs (sur les 190 au total) qui représenteront la marque doivent cependant patienter encore 1 an avant de voir arriver de nouveaux modèles. L'espoir de 2017 repose en effet sur la présentation du futur SUV de la marque au salon de Genève (plateforme commune avec le 5008) et le lancement d'un label VO au premier semestre 2017.