Les synergies passent par les architectures qui permettent d'utiliser des composants communs. Opel a beaucoup à gagner à s'appuyer sur celles de PSA.

En effet, les plate-formes représentent 60% des coûts en composants d’un nouveau véhicules. De plus, celles de PSA comportent des modules pour, entre autres, les moteurs, les sièges, les habitacles et les systèmes d’info-divertissement qui peuvent être utilisés par différentes marques.

“Grâce aux plate-formes d’utilisation commune, nous pourrons, suivant les programmes, économiser de 20% à 50% des coûts de développement de tout nouveau modèle Opel/Vauxhall par rapport à son prédécesseur”, a dit le président du directoire d’Opel Michael Lohscheller.

Les synergies à l'oeuvre


On pourrait économiser jusqu'à la moitié des coûts de développement de nouveaux véhicules en partageant avec les composants fournis par PSA (le montage des planchers, l'électronique de bord, les chassis et les directions).

Ces synergies sont déjà à l'oeuvre. Ainsi, la nouvelle Corsa, qui fera ses débuts mondiaux l’an prochain, est conçue à partir d’une plateforme compacte PSA. Le SUV Grandland X et le LAV (leisure activity vehicle) Combo Life sont élaborés à partir de la plateforme EMP2.

Cette dernière sera très bien amortie car elle sert notamment de base aux Peugeot 308 et 5008 ainsi que la future 508, le Citroën C4 Picasso (désormais Space Tourer) et le prochain C5 Aircross.