C’est la faute à la géopolitique. Le bénéfice net de Hyundai Motor en 2017 a chuté de 20,5% sur l'année à 4.550 milliards de wons (4,26 milliards d'euros), même si son chiffre d’affaires a augmenté de 2,9% à 96.300 milliards de wons.

C’est notamment à cause d'une concurrence accrue et surtout de représailles chinoises contre le déploiement d'un système anti-missile américain.

Le bénéfice d'exploitation a diminué de 11,9% à 4.570 milliards de wons.

"Le won fort, la concurrence renforcée sur les principaux marchés tels que la Chine et l'augmentation des coûts de marketing ont pesé sur les résultats", a indiqué la compagnie dans un communiqué.


Boycott chinois


Pékin a imposé des mesures à plusieurs entreprises sud-coréennes à la suite de l'installation par Séoul du système capable de détruire des missiles de courte et moyenne portée en fin de vol (Terminal High Altitude Area Defence, THAAD) des États-Unis, qui, selon la Chine, va à l'encontre de ses intérêts.

Hyundai, qui avec sa filiale Kia est le cinquième constructeur automobile mondial, fait partie des entreprises boudées par les consommateurs chinois.

Les ventes de Hyundai Motor en Chine ont chuté de 31% en un an à 785.006 véhicules, tandis que les ventes de Kia Motors Corp. ont chuté de 44,61% à 360.006 unités.

Hyundai Motor a fixé un objectif de vente de 4,68 millions d'unités cette année, légèrement supérieur aux 4,51 millions vendus en 2017.