Le président américain va-t-il se tirer une balle dans le pied ? C’est le point de vue de plusieurs cabinets d’études américains et d’une partie de la classe politique.

Au terme d'un sommet du G7 ayant tourné au fiasco, Donald Trump envisage une taxe douanière de 25% sur les voitures étrangères importées aux Etats-Unis. Il entend ainsi freiner les constructeurs allemands et japonais accusés de tailler des croupières aux marques américaines telles Cadillac (General Motors) et Lincoln (Ford).

Cette décision serait contre-productive. En effet, non seulement la plupart des constructeurs ciblés ont des usines aux Etats-Unis mais les groupes automobiles américains sont parmi les gros importateurs de véhicules en provenance du Canada et du Mexique.

1 million d'emplois américains liés à l'automobile


Le cabinet Trade Partnership Worldwide estime que des taxes supplémentaires de 25% vont créer 92.000 emplois industriels mais entraîner la destruction de 250.000 dans le reste de l'économie.

Environ 1 million d'emplois américains sont actuellement liés directement à l'industrie automobile (constructeurs et équipementiers) contre 660.000 en 2010, selon le Bureau américain des statistiques sur l'emploi.

Cela dit, le constat de Donald Trump sur le déséquilibre entre les véhicules importés et exportés aux Etats-Unis est avéré. En 2017, les Etats-Unis ont importé 8,27 millions de véhicules pour une valeur totale de 192 milliards de dollars et en ont exporté 1,98 million évalués à 57 milliards, selon le département du Commerce.

Les constructeurs américains ont délocalisés au Canada et au Mexique


Mais de façon générale, les Etats-Unis importent des voitures jugées bon marché et exportent des véhicules de haut gamme. Plus de 70% des 371.316 véhicules produits en 2017 par BMW dans son usine de Caroline du Sud étaient destinés à l'export.

"Aux Etats-Unis, Toyota possède 10 usines, emploie 136.000 personnes et dispose d'un réseau de 1.500 concessionnaires qui contribuent aux économies locales. Des taxes sur des voitures importées pourraient affecter des emplois américains et augmenter des coûts pour les consommateurs", avertit pour sa part le groupe nippon.


Les véhicules importés par les constructeurs américains (GM, Ford et FCA) représentent  14,5% des voitures vendues l'an dernier aux Etats-Unis.

Les véhicules importés par les constructeurs américains (GM, Ford et FCA) représentent 14,5% des voitures vendues l'an dernier aux Etats-Unis. Ford importe notamment des modèles fabriqués dans son usine de Chihuahua au Mexique;
Ces automobiles sont principalement produites au Canada et au Mexique, deux partenaires de l'Aléna ayant un accès libre au marché américain et qui comptent pour plus de moitié des importations (4,27 millions) et des exportations (1,07 million), devant le Japon (21% des importations), l'Allemagne (11%) et la Corée du Sud (8%).

Ford poussé à délocaliser en Chine


Ford qui avait décidé de rapatrier la production de la Focus du Mexique aux Etats-Unis sous la pression de Donald Trump, a finalement décidé de la fabriquer en Chine face à la hausse galopante des coûts des matières premières comme l'acier et l'aluminium touchées par de nouvelles taxes de la Maison Blanche.