Selon diverses sources américaines, la baisse du marché des véhicules neufs (VN) aux Etats-Unis serait à interpréter comme la conséquence des années records qui ont précédé. Le mois dernier, ce sont 1 416 743 VN qui ont été distribués, soit -6,9%. Les grands constructeurs américains ont été encore plus touchés que leurs collègues : -15,4% de ventes pour General Motors, -10,5% pour Fiat Chrysler, -7,5% pour Ford.

Toutefois, les marques étrangères n'en ont pas forcément profité pour tirer leur épingle du jeu : -13,7% pour BMW, -1,2% pour Honda, -18,2% pour Hyundai-Kia, -10,7% pour Mercedes ou encore -3,2% pour Nissan.
Hormis Tesla, encore en pleine phase d'expansion, le seul constructeur à révéler des chiffres positifs est Toyota : +3,6%.

Ford USA interprète cette baisse de la manière suivante : "Les ventes flottes, à 40 720 unités, sont en baisse de 26,4% en raison du déclin des ventes aux loueurs et aux entreprises" indique la maison-mère depuis Detroit. Celle-ci observe en outre des ventes aux particuliers qui ne reculent que de 1%, et des immatriculations de SUV en hausse de 2,2%, contrairement à celles des light-trucks (les pick-up), en chute de 7,1%.

"Nous sommes toujours à un très niveau" a fait savoir le vice-président des ventes et du marketing de Ford USA au Detroit News, "ce n'est pas aussi mauvais que cela en a l'air. Je pense que nous sommes plus ou moins dans la même position depuis le début de l'année".

Sur les sept mois écoulés, le marché américain est en recul de 2,9% avec 9 873 510 immatriculations de VN.