Les voitures sans conducteur représentent l'avenir de l'industrie automobile et permettront de réduire les accidents de la route, a affirmé mardi Ray Kurzweil, un responsable de Google expert en intelligence artificielle.

"La technologie fonctionne. Elle n'est pas si éloignée", a-t-il affirmé lors de la conférence annuelle de la société des ingénieurs automobiles américaine à Detroit.

"La technologie ne sera introduite que lorsqu'elle sera prête", a-t-il souligné. Google travaille actuellement sur un tel type de véhicule appelé "Google Car".

"Les Google Cars ont parcouru plus d'un million de miles (1,6 million de kilomètres) sans incident", a-t-il assuré. "Un jour, un véhicule autonome aura un accident et cela fera les gros titres. Mais, alors que nous parlons, plusieurs personnes sont mortes dans un accident de la route", a-t-il rappelé.


Quand Uber utilisera des voitures autonomes


Les voitures sans conducteur "sauveront des millions de vie", a affirmé l'ingénieur de Google, rappelant que 1,2 million de personnes trouvent la mort chaque année dans des accidents de la route.

"Elles permettront aussi d'utiliser plus efficacement les routes et les emplacements de parkings. Il y a beaucoup d'avantages", a déclaré Ray Kurzweil.

Mais elles n'arriveront pas sur le marché avant d'être "totalement sûres" et "beaucoup plus que la technologie qu'elles vont remplacer", a-t-il dit.
Outre Google, de nombreux autres constructeurs automobiles travaillent sur des véhicules autonome: Ford, Mercedes-Benz, Volkswagen et Nissan ont déjà des centres d'études pour les développer.

L'ingénieur a présenté un avenir où des services comme Uber utiliseront des véhicules autonomes et souligné que l'industrie automobile était pour le moment restée à l'écart de la révolution numérique.


Quand arriveront les nanotechnologies

Selon lui, il s'agit essentiellement d'une adéquation entre le prix et la technologie disponible qui fait le succès d'un produit, à l'exemple du moteur de recherches qui a fait la fortune de Google.

Au sujet d'un autre composant des voitures autonomes, à savoir la batterie électrique, il a estimé que "nous verrons des batteries avec une plus grande autonomie quand nous arriverons à une phase ultérieure dans le développement des nanotechnologies où la matière pourra être manipulée à l'échelon de l'atome, c'est-à-dire dans 10 ou 15 ans".