Et si l’économie collaborative s’invitait aussi dans les contrats d’assurance automobile ? La formule « s’assurer ensemble et autrement » qu’est en train de véhiculer le groupe Maif pourrait bien faire du bruit. La mutuelle d’assurance, installée à Niort, s’aventure à son tour dans l’assurance collaborative dans laquelle plusieurs communautés de conducteurs vont pouvoir se reconnaître à travers les mêmes usages et besoins.

Son offre baptisée Altima par Maif, vise dans un premier temps, la communauté de conducteurs de véhicules 100% électriques. Après avoir souscrit un contrat d’assurance, les automobilistes qui ont par exemple le même type de véhicule et/ou le même lieu de vie, peuvent se regrouper, s’organiser et suivre ensemble leur sinistralité. Chaque membre de la communauté est assuré individuellement mais partage les risques à petite échelle. A la fin de l’année et en fonction des résultats de sinistralité enregistrés, l’assureur s’engage à reverser jusqu’à 30% (hors taxe) de la prime annuelle aux assurés de la communauté électrique.

Une offre BtoC sur-mesure

Les utilisateurs bénéficieront d’une formule tous risques et sans franchise, adaptée aux véhicules récents souvent acquis en LLD. Altima se différencie car cette offre personnalisable comprend plusieurs services associés inclus, comme la location ponctuelle de véhicules thermiques, l’expertise à la remise en état du véhicule en LOA ou encore l’accès à une carte de rechargement électrique.

« Ce nouveau produit émane de remontées terrain. Ces conducteurs sont persuadés d’être d’excellents risques mais aucune offre assurantielle ne leur correspond. Avec Altima, ils vont pouvoir s’y retrouver car c’est du sur-mesure», souligne Florent Villain, directeur général d’Altima.

Un partenariat collaboratif

Pour pousser l'engagement collaboratif à son paroxysme, Maif a également signé un partenariat (non capitalistique) avec la start-up Otherwise, courtier spécialiste de l’assurance collaborative.

Le but de cette offre issue de l'alliance, qui verra le jour été 2017, est de « créer une communauté solidaire en lien avec un assureur plus responsable, plus transparent et plus équitable » appuie Céline Mérine, cofondatrice d’Otherwise. Et d’ajouter : « nous proposons ce produit aux assurés qui sont déçus par l’assurance actuelle ».

Quelques dizaines de personnes formeront les groupes affinitaires grâce à l’élaboration de questionnaires et d’algorithmes, et donc à taille humaine, et une partie de leurs cotisations leur permettra de constituer une cagnotte destinée à prendre en charge leurs prestations d’assurance. Les sommes qui n’auront pas été utilisées seront restituées de manière équitable à chacun des membres du groupe.