Les immatriculations de véhicules commerciaux en Europe ont reculé de 2,8% en mars 2018 par rapport au même mois de l’année passée, à 267 951 unités. Il s’agit du premier recul enregistré en 2018. Le marché français a pourtant répondu présent, avec une progression de 7,7%, une performance entachée par le recul des immatriculations en Allemagne (-7,6%), au Royaume-Uni (-5,9%), en Espagne (-3,5%) et en Italie (-1,9%). Sur le premier trimestre 2018, il s’est immatriculé 641 882 véhicules commerciaux en Europe, soit une hausse de 2,5% par rapport à la même période de l’an passé.

226 880 immatriculations de véhicules utilitaires ont été recensés par l’ACEA sur ce troisième mois, soit un repli de 2,5%. Elles ont augmenté de 8,2% en France et ont reculé de 6,7% en Allemagne, de 5,6% au Royaume-Uni et de 4,7% en Italie. Sur trois mois, il s’est immatriculé 534 813 VUL en Europe, soit une progression de 2,7%. La plus forte hausse est à mettre à l’actif de l’Espagne (+9,3%), suivie par la France (+6%), le principal marché en Europe avec 116 428 unités, et l’Italie (+4,1%).

Le segment des camions de plus de 3,5 tonnes a accusé une baisse de 3,2% en mars, à 37 203 véhicules. La France a confirmé son allant (+5,6%) tandis que l’Allemagne et le Royaume-Uni ont chuté respectivement de 9,8% et 5%. Sur le premier trimestre 2018, le segment reste dans le positif (+2,2%), à 97 132 unités, grâce à la France (9,7%), l’Italie (+8%) et l’Espagne (+5,6%).

Enfin, le marché des véhicules industriels de plus de 16t n’a pas fait mieux puisqu’il a, lui aussi, reculé de 3,3%, à 30 195 véhicules. Une fois encore, les immatriculations ont grimpé en France (+9,1%), de même qu’en Pologne (+12,1%). Elles ont en revanche nettement reculé en Allemagne (-10,5%). Au cumul des trois mois, il s’est immatriculé 80 073 camions en Europe, soit une croissance de 2,7%. Les hausses les plus significatives sont à mettre à l’actif de la Pologne (+15,5%), la France (+12,1%) et l’Italie (+10,5%).