Après le bond de 9,03% enregistré en avril 2018, le marché français des voitures neuves n’a pas fait moins bien ni beaucoup mieux que lors du même mois l’année dernière, qui comptait un jour ouvré en moins. Il s’est immatriculé 191 705 voitures neuves en mai 2018 en France, soit une hausse minime de 0,2% et un gain de 289 automobiles. Mai s’est révélé plus prolifique que le mois d’avril 2018, où il s’était écoulé 187 399 unités. Les groupes français, qui ont représenté 56,9% des immatriculations, ont été dynamiques avec une progression de 5,5%.

-Retrouvez les statistiques par groupe et marque en mai 2018 dans le lien en bas
(AAA Data)


Citroën sous les 9% en mai


Par marque, le bilan se révèle en revanche disparate. DS et Dacia signent les plus belles performances avec respectivement des bonds de 28,4% et 25,2%. Peugeot (+0,8%), dont la part de marché atteignait 18,4% en février, a affiché une pénétration de 17,3% sur ce mois, plus en phase avec les chiffres de l’an passé. Renault, avec une part de 18,9%, a creusé l’écart sur la marque au lion malgré une baisse des immatriculations de 6,2%.
Citroën ne répond pas encore, accusant en mai une chute de 12,4%. La marque aux chevrons a perdu 2 430 unités en un an et concédé 1,3% de part de marché (8,95% en mai 2018).

Les constructeurs étrangers ont écoulé 82 649 véhicules sur ce mois, soit un repli de 6,2%. On notera la belle santé du groupe FCA (+25%), grâce aux bonds enregistrés par Fiat (+20,1%) et surtout Jeep (+72.7%). Les Coréens tiennent également la forme : +32,5% pour Hyundai et +14,2% pour Kia.

-Retrouvez les statistiques par marque et modèle en mai 2018 dans le lien en bas
(AAA Data)


Audi et Nissan dans le dur


Au sein du groupe Volkswagen, les SUV font le bonheur des marques Seat (+18,2%) et Skoda (+29,8%) mais ces performances ne compensent les chutes de Volkswagen (-11,2%) et d’Audi (-22,4% ; 4 769 unités). La marque aux anneaux a perdu du terrain par rapport à BMW (-2% ; 4 993) et surtout Mercedes-Benz (+10.1% ; 6 525).

A noter enfin les difficultés de Nissan (-13,3%) qui semble parti pour un exercice 2018 compliqué.

+3,5% sur cinq mois


Au cumul des cinq premiers mois de l’année, le marché français se porte bien avec une croissance de 3,5% des immatriculations par rapport à la même période de l’an passé, à 935 937 véhicules. Renault (-0,6%) garde les commandes avec une part de 18,9%, devant Peugeot (18,2%). Citroën (-3,1%) reste sous la barre des 10% du marché (9,6% précisément) tandis que Dacia (+19%) s’accapare 6,5% des immatriculations.