Mon Spécialiste Auto peut enfin souffler. Après avoir créé un nouveau concept pour l’inspection des véhicules d’occasion à domicile en 2016, la start-up française va pouvoir se concentrer sur ses priorités, qui sont le recrutement de mécaniciens et le développement technologique de ses outils. Et le tout grâce à une levée de 600 000 euros réalisée auprès du fonds d’investissement Side Capital (une autre est en cours dont on taira le montant et la provenance). L'entreprise a aussi une place de choix au sein du Moove Lab du CNPA (à la Station F de Paris).

« Nous avons été séduits par le service innovant de Mon Spécialiste Auto, qui repose sur la qualité d’exécution d’un réseau de professionnels experts et passionnés par leur métier et une technologie robuste qui va considérablement faciliter la transition numérique de tous les professionnels du marché », souligne Renaud Guillerm, de Side Capital.

Le réseau d’experts de Mon Spécialiste Auto inspecte pour le compte de mandataires, concessionnaires, repreneurs cash, agents ou plateformes en ligne, des véhicules d’occasion à domicile dans le but de déterminer leur état avant reprise. Plus de 150 points de contrôle sont examinés, preuve à l’appui avec une trentaine de photos, ce qui permettrait de maîtriser les frais de remise en état.

Tout sourit donc aux deux jeunes fondateurs, Sacha Sardo et Jean-Michel Cochet. Et avec cet élan financier, le binôme ambitionne déjà de doubler son réseau de 500 mécaniciens avant l’été 2018 pour disposer de plus de 1000 experts indépendants dans toute la France. Un investissement est prévu dans la formation.

« Nos professionnels sont recrutés en deux étapes. Ils doivent être qualifiés avec un statut d’auto-entrepreneur et avoir une expérience de deux ans dans la mécanique lourde. Le deuxième entretien est plus axé sur la passion et leur aisance avec les nouvelles technologies. Deux types de mécaniciens travaillent avec nous, des salariés pour une activité complémentaire et ou des indépendants », ajoute Jean-Michel Cochet.


La levée de fonds leur permettra également d’améliorer la qualité des interventions à domicile avec un suivi plus précis des prestations. A savoir qu’il existe déjà des systèmes d’avertissements ou de notations. La start-up poursuivra aussi son développement concernant ses outils technologiques afin de proposer, par exemple, une application smartphone adéquate à la demande. A savoir que l’inspection par les experts est déjà 100% digitale. Mais les fondateurs veulent miser davantage sur le nouveau parcours d’achat des français où 38% achèteront leur véhicule en ligne d’ici 2020 et 60% d’entre eux souhaiteraient faire une reprise de leur ancienne voiture.