Yannick Fauchille et Bernard de Laforcade
Plus de 40 % des demandes des clients et prospects étant envoyées en dehors des heures d’ouverture des concessions, la perte d’appels entrants devient intolérable en ces temps commerciaux compliqués.

Face à cet enjeu, Yannick Fauchille et Bernard de Laforcade - anciens cadres dirigeant dans les métiers des nouvelles technologies et de la distribution automobile - ont créé Business Lead. Lancée en octobre 2013, cette start-up toulousaine a conçu en 6 mois un logiciel qui solutionne précisément cette problématique.
« L’idée consiste à automatiser tout ce qui peut être automatisable, explique Yannick Fauchille, à prendre en compte ce moment délicat de l’entre-deux où le client qui s’est renseigné avec succès sur Internet et qui sera ensuite bien reçu dans le point de vente, est un fil de soie. Si la jonction n’opère pas, il peut abandonner sa requête ou opter pour une concurrence plus réactive ».

Dans la pratique, lorsque le téléphone sonne, mais que le vendeur ou le réceptionnaire est occupé ou absent, la trace de l’appel est conservé avec l’affectation d’un numéro de dossier et la captation du numéro de portable.

Décryptage audio


Le client débouche sur un message vocal l’invitant à renseigner le motif
Les vendeurs sont souvent occupés. Une concession pilote a réalisé perdre 600 appels en 10 jours avec le logiciel.
de son appel. Business Lead analyse par la reconnaissance de mots clefs et de séquences de mots la demande du client. Or, 60 % d’entre eux appellent pour prendre un RDV. Ces clients volontaires reçoivent un SMS avec un lien qui leur permet de prendre rendez-vous. Un créneau aussitôt notifié sur l’agenda du commercial ou du conseiller service. Soit un gain de temps considérable, ce logiciel faisant donc office d’assistant électronique.

Le manger ou le directeur marketing disposent d'un reporting riche d'enseignements
En cas d’e-mail (uniquement pour le département vente), la démarche est la même. Chaque message est enregistré dans une base données et génère une fiche. Business Lead classifie la source de l’appel (le site d’annonce…), le nom, la date, le statut (traité ou non). Charge au pro, ensuite, de rappeler ce contact ou de répondre à ses questions.

« Nous offrons une réponse de qualité constante à tout contact commercial 24H24 en nous intégrant à 100 % dans l’organisation commerciale existante », poursuit Bernard de Laforcade qui conseille évidemment cette solution, moins déstabilisante et moins chère qu’un call-center.

Comptez entre 50 et 400 euros par mois sous forme d’abonnement mensuel. « Je suis contre la mise en place d’un énième intermédiaire », ajoute Yannick Fauchille.

Un outil qui s'adresse aussi au manager et au responsable marketing


Outre l'intérêt pour le client et le collaborateur, l’outil sert aussi au
Business Lead se veut une alternative aux centres d'appel
directeur à avoir une vision de l’activité commerciale de ses sites et enfin au responsable marketing d’analyser l’ensemble de ces données collectées via un reporting. « Attention, c’est un drogue ! », prévient Yannick Fauchille.

Dans la structure la mieux organisée qui soit, 20 % des appels seraient perdus. Dans l’automobile, le logiciel est en test dans les groupes Peyrot, Faurie et Gerbier. Un quatrième groupe qui a démarré le 19 décembre s’est ainsi rendu compte qu’il perdait 600 appels non traités en 10 jours !

Enfin, cette technologie en mode SAS ne remplace pas le CRM. Elle le précède en l’alimentant des données clients collectées. Business Lead a déja rendez-vous avec quelques constructeurs...