2040 c’est encore loin mais 2018 c’est déjà demain. Quelques jours après avoir présenté son plan climat, dans lequel il annonçait notamment la fin de la vente des véhicules thermiques d'ici à 2040, Nicolas Hulot, ministre de l'Environnement, s’est exprimé sur les antennes de RTL sur un autre volet de son plan : la prime pour l'achat de véhicules d'occasion. Cette aide, qui devrait être effective dès 2018, sera offerte aux propriétaires d'un véhicule diesel datant d'avant 1997 ou essence d'avant 2001, qui souhaitent acheter un véhicule neuf ou d'occasion.

« Nous allons donner la possibilité aux gens d’acheter également un véhicule d’occasion, parce que tout le monde n’aura pas dans l’immédiat la possibilité d’acquérir un véhicule neuf », a expliqué Nicolas Hulot. Il s’agira de véhicules d’occasion « plus propres », éligibles notamment à la vignette Crit’Air, qui conditionne l’accès dans le centre de certaines grandes villes (Paris, Grenoble). Le montant de la prime, qui n’a pas été précisé, sera identique pour l’achat d’un VO ou d’un VN.

Les différentes primes et aides mises en place ces dernières années pour relancer les ventes de voitures neuves, que ce soit en France, en Espagne (PIVE) ou encore en Allemagne, ont rencontré un certain succès. Aujourd’hui, pour l’acquisition d'un véhicule électrique neuf, les automobilistes français peuvent bénéficier d’une aide de 6 000 euros (plus 4 000 euros en cas de remplacement d'un diesel immatriculé avant le 1er janvier 2006). Sur l'achat d'une voiture hybride rechargeable neuve, le bonus s’élève à 1 000 euros (avec une aide additionnelle de 2 500 euros pour la mise au rebut d'un diesel d'avant 2006).

En revanche, la prime à la conversion de 500 à 1000 € instaurée pour l'achat d'une voiture d'occasion (Euro 5 ou 6) s'apparente pour l'instant à un échec. En 2016, seules 4 personnes ont réclamé leur prime de 500€ pour des achats d'occasion Euro 5, alors que le ministère de l'Ecologie tablait sur 34 000 primes à verser.

En 2013, une rumeur avait couru concernant la mise en place d'une prime à la casse pour les véhicules d'occasion, mais celle-ci ne s’était finalement pas concrétisée.