Opel, désormais intégré à PSA, vient de lancer son plan stratégique baptisé Pace ! (rythme). Ce programme, présenté à Rüsselsheim, siège du constructeur, par Michael Lohscheller, son PDG, aux côtés de Carlos Tavares, patron de PSA, vise à restaurer les fondamentaux financiers de l’entreprise, à pérenniser sa compétitivité et sa croissance.

Le nouveau PDG, nommé sous l'ère PSA,  vise une marge opérationnelle de la division automobile de 2% en 2020 puis de 6% en 2026 et compte abaisser de 700 euros les coûts d’une voiture (dont 300 euros sur les achats et 400 euros sur les usines et la logistique).

Ce résultat sera notamment atteint grâce aux synergies annuelles dégagées au sein de PSA qui atteindront 1,1 Md€ d’ici 2020 et 1,7 Md€ d’ici à 2026.

Le point mort financier d’Opel/Vauxhall devrait être abaissé à 800 000 véhicules (il est actuellement supérieur à 1,3 million de véhicules).

Le constructeur mise sur les véhicules électrifiés


L’accès aux technologies de PSA permettra à Opel de devenir un leader européen en matière d’émissions de CO2. D’ici à 2020, le constructeur proposera 4 lignes de produits électrifiées, dont le Grandland X hybride rechargeable ainsi que la nouvelle génération de Corsa en version électrique.

Le constructeur va tailler dans les frais généraux. Le ratio frais généraux et dépenses administratives sur chiffre d’affaires sera ramené de 5,6 % à 4,7 %. C'est dans ce contexte qu'Opel France va rejoindre PSA à Rueil-Malmaison d'ici à février 2018.

Les usines tourneront mieux grâce à de nouvelles affectations de véhicules.

Des plateformes de PSA dans toutes les usines Opel


Les plateformes CMP et EMP2 de PSA seront installées dans toutes les usines Opel. Dans un premier temps, un SUV basé sur la plateforme EMP2 est prévu à Eisenach en 2019, il sera suivi d’un véhicule du segment D à Rüsselsheim. Opel adoptera progressivement les groupes motopropulseurs de PSA.

« Le plan PACE! va nous permettre de libérer tout notre potentiel », a déclaré Michael Lohscheller.  Ce plan est fondamental pour notre entreprise, afin de protéger nos salariés des vents contraires et de faire d’Opel/Vauxhall une entreprise pérenne, rentable, électrifiée et mondiale. Notre futur sera assuré et l’excellence allemande contribuera au développement du Groupe PSA. La mise en œuvre a déjà commencé et toutes les équipes sont engagées pour l’atteinte des objectifs. »


Le centre de recherche de Rüsselsheim travaillera sur la pile à combustible


Ce plan est conçu avec l’intention de maintenir toutes les usines et d’éviter les départs contraints en Europe mais des programmes de départs volontaires ou dispositifs de retraite anticipée seront mis en oeuvre.

Tous les nouveaux véhicules Opel/Vauxhall seront conçus par le centre R&D de Rüsselsheim, qui deviendra un centre de compétence global pour PSA. Il travaillera notamment sur la pile à combustible et la conduite automatisée qui bénéficieront d’ « une ingénierie allemande de qualité et d’innovations à prix abordable ».

Au total, le nombre de plateformes utilisées par Opel/Vauxhall pour ses voitures particulières passera de 9 à 2 d’ici 2024. Les familles de chaînes de traction seront également optimisées, passant de 10 à 4.

En 2024, toutes les plateformes d'Opel seront de PSA


Ce transfert vers les architectures de PSA se fera plus rapidement que prévu. En 2024, toutes les voitures Opel reposeront sur des architectures PSA. Les prochains véhicules seront le Combo en 2018 et la nouvelle génération de Corsa en 2019. La marque à l’éclair lancera 9 nouvelles carrosseries d’ici 2020.

Cette gamme nouvelle devrait permettre de renforcer le pricing power des marques Opel/Vauxhall et de réduire l’écart de quatre points par rapport à leur concurrent de référence.
La croissance des ventes d’Opel sera également stimulée par le lancement d’offres de financement et de leasing plus attractives grâce aux services financiers d’Opel et de Vauxhall.

Opel se développera à l'international


Opel se déploiera également sur plus de 20 nouveaux marchés d’ici à 2022.  Les marchés cibles seront pour démarrer la Turquie, certains marchés d’Amérique Latine et l’Asie, dont évidement la Chine et le Brésil. Opel explorera au-delà de ces marchés d’autres opportunités d’exportation rentables.

Pour renforcer la croissance de son activité dans le très profitable segment des véhicules utilitaires légers, Opel/Vauxhall lancera de nouveaux modèles pour conquérir des marchés avec l’objectif d’augmenter ses ventes de 25% entre 2017 et 2020.