Il l’a dit, il l’a fait. Le groupe de chimie BASF, par l’intermédiaire de sa marque de peinture R-M, fait un pas supplémentaire pour le développement durable. Depuis quelques années déjà, la marque en parlait succinctement mais, mercredi 14 mars 2018, elle lance enfin sa gamme "biosourcée". Les produits e’Sense sont "éco-conçus" et impliquent l’utilisation de ressources renouvelables pour diminuer la part des ressources fossiles dans les intrants (énergie, engrais, matériel). Il s’agit d’intégrer des matières premières comme le biogaz ou le bio-naphta, récupérés à partir de déchets, dès le début du processus de fabrication. Une première dans le secteur de la peinture automobile.

Six produits ont été sélectionnés parmi les plus récents de la marque grâce à leur technologie UV et leur rapidité de séchage pour permettre aux carrossiers de procéder à toutes les étapes de la réparation. Selon le dirigeant, les bénéfices pour ces réparateurs sont réels : gains en CO2 avec une réduction de 550 grammes pour une réparation de 2,5 éléments, (l’équivalent des émissions en CO2 d’une voiture sur un parcours de 4 km), soit -20% que la gamme standard, une baisse de consommation énergétique à 2,1 KMh et une baisse du temps de mise en œuvre du procédé de réparation à 43 min.

« BASF s’engage et nous sommes qu’au début de la démarche. La gamme va progresser et ces chiffres aussi par la même occasion. Aujourd’hui, nous proposons une offre et je suis persuadé que nous allons créer de la demande. Mais la priorité de notre travail sera de faire changer les mentalités en passant d'une logique d'optimisation des coûts énergétiques à une logique de réduction de l'empreinte énergétique », souligne Erwan Baudimant, responsable national des ventes R-M.

Il faut donc convaincre. Car l'avantage pour le carrosserie serait donc de pouvoir contribuer, sans changer de produits ni de procédés de réparation, à faire baisser davantage les émissions à effet de serre au-delà de l'atelier. Erwan Baudimant garantit même une augmentation du coût total de seulement 5%. Et un pack de communication sera offert aux clients distributeurs et réparateurs.

« Nous dépassons le cadre économique car nous voulons vraiment attaquer ce marché prometteur », rappelle-t-il.

Ce lancement s’inscrit dans une démarche volontaire où il n’y aura aucune obligation d’achat pour les clients R-M et BASF. Cependant, s’ils veulent intégrer cette gamme dans leur activité, certaines règles sont à prendre en compte. Les clients devront signer une charte, procéder à l’achat intégral de la gamme et travailler au quotidien avec ces produits. Toutes les statistiques seront suivies par les équipes de R-M. Si ces contraintes sont mises en place, c’est parce qu’un certificat e’Sense en gage de l’engagement environnemental leur sera délivré ( produits certifiés par l'organisme allemand TUV SUD).
Erwan Baudimant promet que ce nouveau comportement écoresponsable présente de nombreux avantages pour attirer les apporteurs d’affaires et gonfler le trafic en atelier grâce à cet atout concurrentiel supplémentaire.
A noter que les produits ont déjà été homologués par les constructeurs.