Toujours plus de pièces d'occasion ! Le réseau de démolisseurs Indra, codétenu à parts égales par Renault et Suez environnement, va proposer à compter du mois prochain plusieurs gammes de pièces de réemploi qui comporteront aussi des pièces mécaniques. Une nouveauté pour ce réseau et sa plateforme Internet "Precis", qui jusqu'à aujourd'hui n'est censée commercialiser que des éléments de carrosserie de bonne facture.

Trois gammes existeront donc : "premium", "medium" et "éco". Loic Bey-Rozet, directeur général d'Indra, indique qu'il y aura "un cahier des charges précis", et que "toutes les pièces seront garanties un an, quelle que soit leur gamme".
Selon le directeur, la gamme premium sera essentiellement réservée aux pièces de carrosserie en parfait état, même si quelques pièces mécaniques pourront aussi y faire leur apparition. Le niveau d'exigence est tel que M. Bey-Rozet ne pense pas que pléthore de pièces mécaniques rempliront les critères propres au label "premium".

Deuxième et troisième gammes, les pièces "medium" et "éco". Les pièces mécaniques devraient y être nombreuses, les pièces de carrosserie seront loin d'en être exclues : "Dans la gamme premium, on ne tolère aucune rayure sur une aile. Sur la gamme medium, on tolèrera une rayure ou un "poc"; sur la gamme éco, on tolérera deux "poc", mais certainement pas une aile défoncée" souligne Loic Bey-Rozet. Les prix de vente, librement fixés par les démolisseurs, seront bien sûr en rapport avec les gammes de produits.

Le directeur d'Indra avoue que l'entreprise est aujourd'hui en mesure de servir 4850 réparateurs. D'ici à la fin de l'année, ce potentiel pourrait grimper à 11650 selon M. Bey-Rozet. Le réseau de réparation Five Star a récemment signé avec Indra pour profiter de sa plateforme "Precis", d'autres devraient suivre prochainement.

Petit à petit, la pièce de réemploi prend sa place auprès des garagistes qui ont l'obligation de la proposer à leurs clients. FRPA, qui fédère des démolisseurs bretons, a ainsi fait savoir que l'entreprise "a franchi les 100 000 demandes de pièces d'occasion le lundi 18 septembre" et qu'elle répond désormais à "300 demandes de pièces par jour".