Si des championnats du monde du secteur automobile devaient exister, la Chine et l’Inde en seraient les principaux champions. Car d’après Euler Hermes, qui a publié sa dernière étude, les ventes mondiales de véhicules s’intensifient : elles sont estimées à 95,8 millions d’unités en 2017 (+2% de croissance annuelle) et elles glisseront vers les 98,2 millions en 2018, soit 2,5%, pour dépasser la barre des 100 millions d’unité en 2019.

Et ces deux pays seront respectivement en tête du classement pour cette période de par leur taille et leur croissance. Selon les résultats, le marché chinois, le plus grand du monde, devrait croître de 2% en 2017, 3,2% l’année suivante. D’ici 2019, plus de 30 millions de véhicules auront été vendus chaque année en Chine. Pour l’Inde, les ventes aussi pourraient tourner à plein régime. La croissance de son marché serait l’une des plus rapides du monde avec une hausse des immatriculations de 10,7% en 2017, soit 4,1 millions d’unités, et 13,5% en 2018 (4,6 millions).

Le spécialiste de l’assurance-crédit a donc fait le point sur quatre dimensions essentielles qui caractérisent cette "compétition automobile" : les ventes, la voiture électrique, la rentabilité et l’innovation. Il s’est aussi attardé sur les huit pays clés car ils représentent à eux tous 70% du total des ventes mondiales. Petit tour d’horizon.

La Chine, l'Inde et les six autres pays dans les starters

La France. L’Hexagone a donné un franc coup d’accélération puisque son marché pourrait conclure l’année 2017 à +3% avec 2,5 millions de voitures écoulées et, réaliser une progression de 2% en 2018 en vendant 2,6 millions de véhicules selon Euler Hermes. Côté motorisation, l’électrique promet de faire sensation. Les ventes se sont élevées à 20 000 unités au premier semestre 2017 et selon le cabinet, elles devraient poursuivre leur bonne croissance à deux chiffres, ainsi soutenues par de généreuses subventions.

L’Allemagne. Le dieselgate n’aura pas eu si raison du pays qu’on pouvait le craindre. Les ventes de véhicules neufs ont atteint les 2,4 millions sur les six premiers mois de l’année et devraient augmenter de 2,2% en 2017 et 1,7% en 2018. A contrario, le scandale a boosté les ventes de voitures électriques avec une augmentation de 115,5%, soit 22 453 voitures au premier semestre. Les 50 000 sont attendues pour la fin de l’année...

L’Italie. Selon les résultats de l’étude, ce pays méditerranéen a enregistré la meilleure progression en Europe : l’Italie devrait terminer l’année à +7% (2,2 millions d’unités) et approcher les 5% pour 2018 (2,3 millions). Un petit effort doit cependant être réalisé dans la R&D pour maintenir cet élan. Ses dépenses n’atteignent que 5 milliards d’euros alors qu’en Allemagne, elles dépassent les 37 milliards.

Le Japon. Le marché japonais devrait reprendre des couleurs cette année en réalisant une croissance de 2% et 0,2% en 2018 après cinq années de tension. Selon le cabinet, les constructeurs japonais sont les plus rentables au monde, bien qu’ils investissent lourdement : 29 milliards d’euros en R&D en 2015 et 1 854 brevets déposés en 2016.

Le Royaume-Uni. Après cinq années de croissance, un net recul de 5% est attendu pour la fin 2017, soit 3 millions d’unité et -6% en 2018 (2,8 millions) sur ce territoire. Les premiers effets du Brexit se font, semble-t-il, ressentir et continuera à peser sur les ventes britanniques.

Les Etats-Unis. Selon le cabinet « face à une mutation majeure, le marché automobile américain devrait se contracter de -2,5% en 2017 (17,4 millions d’unités vendues) et de -1,8% en 2018 (17,1 millions) ». Néanmoins, le pays reste l'un des leaders en matière d'innovations avec des dépenses chiffrées en R&D à 16,8 milliards d'euros en 2015.