La menace est claire. Si les Européens ne suppriment pas leurs droits de douane, "nous allons taxer Mercedes-Benz, nous allons taxer BMW", a mis en garde le 10 mars dernier le champion de l'Amérique d'abord.

Donald Trump concentre ses attaques sur l'Union européenne dans sa vaste offensive commerciale, et se montre particulièrement menaçant à l'égard du secteur automobile allemand.

22,3 milliards de dollars de déficit


Les parts de marché des constructeurs allemands aux Etats-Unis restent modestes car l’essentiel des produits qu’ils y vendent ne sont pas importés mais assemblés sur place. Mais les Etats-Unis ont enregistré en 2017 avec l’Allemagne un déficit sur les pièces et les véhicules automobiles de 22,3 milliards de dollars.

Avant de déclencher une bataille commerciale, qui fait déjà des vagues tout autour de la planète, Donald Trump a "bien pesé le pour et le contre", a assuré Raj Shah, un porte-parole de la Maison Blanche. 

"Cela fait longtemps que Donald Trump décrit combien les pays étrangers ont saigné à blanc les entreprises américaines et les travailleurs américains", a justifié M. Shah sur l'antenne d'ABC. "Il veut tout simplement un accès aux marchés étrangers, et c'est ce qu'il va obtenir".

D'importants écarts de droits de douane


Les droits de douane à l’entrée des Etats-Unis sont de 2,5% sur les VP assemblés en Europe et de 25% sur les fourgons et les pick-ups alors que l’UE taxe à 10% les voitures assemblées aux Etats-Unis.

Donald Trump avait évoqué aux constructeurs allemands de possibles droits de douane à 35% sur les véhicules qu’ils importent d’Europe.

D'où le marché proposé au Vieux continent par le locataire de la Maison Blanche: si vous voulez échapper aux nouveaux droits de douane américains sur l'acier et l'aluminium, alors supprimez vos entraves sur l'entrée des produits exportés par les Etats-Unis.


Qu'ils abandonnent leurs horribles obstacles


Ce qu'il a résumé le 10 mars dernier dans un tweet ainsi rédigé:

"L'Union européenne, des pays merveilleux qui traitent très mal les Etats-Unis dans le commerce, se plaignent des droits sur l'acier et l'aluminium. S'ils abandonnent leurs horribles obstacles et leurs droits de douane sur les produits américains, nous abandonnerons les nôtres. Sinon, nous taxons les voitures etc. Honnête !".


Donald Trump a lancé cet avertissement quelques heures après une réunion infructueuse sur le sujet à Bruxelles entre son représentant au commerce, Robert Lighthizer et la Commission européenne, qui lutte pour que l'UE soit exemptée des taxes américaines.

Une préoccupation partagée par le Japon, tandis que le Mexique et le Canada bénéficient d'une dérogation à ces taxes de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium.

Quant à la Chine, premier producteur mondial d'acier et d'aluminium, elle a affirmé dimanche qu'elle défendrait "fermement ses intérêts", mais qu'elle poursuivrait ses discussions avec Washington afin d'éviter une guerre commerciale "désastreuse" pour le monde.