2017 n'a pas été une bonne année pour la balance commerciale française, tous secteurs confondus. Son déficit s'est encore gonflé de 14 milliards d'euros à 62,3 milliards d’euros.

Pourtant, les exportations globales ont progressé de 4,5%...mais moins que les importations (+6,8% à 535,5 milliards d’euros).

Cependant, l'automobile fait exception et se présente comme un bon élève avec des exportations en hausse de 12,6%, tirée par le groupe PSA.

PSA, qui vient de communiquer ses chiffres, a généré 5,54 milliards d’euros d’excédent commercial automobile, en hausse de 15%.

397 000 véhicules de PSA exportés net


Ce chiffre correspond à un solde excédentaire de 397 000 véhicules exportés, en hausse de 21%. PSA s'enorgueillit d'être le premier constructeur automobile en termes de contribution à la balance commerciale de la France.

Sur les 5,54 milliards  d’euros d’excédent de PSA, 200 millions d’euros ont été générés par la fabrication de véhicules Opel sur le site de Sochaux.

En France, les 5 usines d’assemblage de véhicules ont produit 1,1 million de véhicules, en augmentation de 12,9% par rapport à 2016 et représentant plus d’un tiers de la production mondiale de véhicules du groupe.

"Ce niveau de production nationale dépasse ainsi les engagements pris dans le cadre de l’accord NEC (Nouvel Elan pour la Croissance), signé en juillet 2016 par 5 organisations syndicales sur 6, représentant 80% des salariés", indique PSA dans un communiqué.

15 modèles d'Origine France Garantie



En complément, les 12 usines de composants fabriquent près de 5 millions des moteurs et boites de vitesses de PSA en France.

Grâce à sa forte implantation industrielle française, 15 véhicules  des marques Peugeot, Citroën et DS ont été labellisés " Origine France Garantie " par l’association pro France.

" Contribuer directement à l’activité économique de la France est une fierté pour notre groupe et pour les 58 000 salariés basés dans l’hexagone, se félicite Carlos Tavares, président du directoire du groupe. Il est important de créer les conditions économiques pour nous permettre, avec notre plan stratégique Push to Pass, de renforcer la performance de notre base industrielle en France face aux enjeux de la transition énergétique. "