D'après le "document de référence" portant sur l'année 2017, PSA a vu sa production de véhicules décroître l'an dernier dans l'Hexagone : 42,8% des voitures fabriquées sont sorties d'une usine française, contre 46,4% un an auparavant.
Une baisse de cadence en France ? Sur le site de Mulhouse, assurément. Avec -8,8% de véhicules fabriqués, l'usine alsacienne est en réalité la seule de France à avoir vu sa production décroître. Car les chiffres se sont révélés étals à Poissy (233 968 voitures produites, environ 600 exemplaires d'écart avec 2016), mais en hausse à Rennes (+60,9%), Sevelnord (+40%) et à Sochaux (+22,4%). En tout, ce sont 859 343 autos qui sont sorties des chaînes françaises l'an dernier.

Mais si PSA a proportionnellement moins produit en France, il a aussi beaucoup plus fabriqué en Europe : 72,6% de son volume total, contre 68,5% en 2016. La raison tient en quatre lettres. Opel. L'intégration des sites industriels d'Ellesmere Port, Luton, Eisenach, Gliwice, Russelsheim et Saragosse a évidemment eu une influence sur les résultats globaux. A noter qu'en France, l'usine de Sochaux produit aussi une Opel (le Granland X) tandis qu'en Espagne, l'usine Opel de Saragosse s'est mise quant à elle à la fabrication du Citroën C3 Aircross.

De manière plus générale, le premier site de fabrication du groupe PSA demeure toujours Vigo, en Espagne. D'autre part, les volumes attribués à l'Asie ont observé une sacrée chute : 10,9% de la production globale, contre 19,5% en 2016. La déconfiture de PSA en Chine l'an dernier explique sans doute ce fléchissement.