Doucement mais sûrement. PSA ne se cache plus et prépare son come-back aux Etats-Unis. Un plan stratégique amorcé il y a an et demi déjà. Mais pour y parvenir et faire oublier cette absence sur le marché américain depuis les livraisons des dernières Peugeot en 1991, le groupe tâte le terrain pour ne commettre aucune erreur. Et sur cette longue route de son retour, PSA espère franchir une nouvelle étape en 2018 grâce au lancement d’un nouveau service d’autopartage dans une ou deux villes américaines : dans le but d’obtenir en amont des informations sur le marché américain et de construire un business solide. Au fur et à mesure, il y importera aussi ses modèles Peugeot, Citroën, DS et Opel conformément aux normes locales pour de l’autopartage. Et, la dernière étape étant de démarrer concrètement les ventes au grand public américain.

« Il y a environ 5 millions de personnes qui utilisent des services de mobilités aux USA et on s’attend à ce qu’ils soient 30 millions d’ici 5 à 10 ans. Notre objectif n’est pas seulement d’être rentable mais d’atteindre un haut niveau de satisfaction client », explique Larry Dominique, président de la région Amérique du Nord chez PSA, dans un entretien avec l’AFP.

Les négociations sont donc entamées mais il y a aucune annonce spécifique pour l’instant selon le groupe qui ne souhaite pas dévoiler « les projets en cours et la feuille de route à ce stade ».

Rappelons que le constructeur français a déjà ouvert son application Free2Move à la ville de Seattle (Etat de Washington) en octobre 2017. Il s’agit d’une plateforme permettant d’accéder à plusieurs services d’autopartage. Une start-up française est également de la partie : TravelCar (dont PSA possède une part minoritaire du capital).
A lire aussi : Méthode Tavares : comment PSA protège la mobilité individuelle.

A PSA maintenant de penser au mieux son arrivée sur le marché automobile américain puisqu’il laisse encore peu de place aux nouveaux entrants : il compte 18 constructeurs, 42 marques et plus de 330 modèles selon Larry Dominique.