Revenir aux Etats-Unis, mais pas à n'importe quel prix. Tel est en substance le message délivré par Larry Dominique, président de PSA pour l'Amérique du nord, à nos confrères d'Automotive News Europe : "Nous devons trouver un moyen de réduire nos coûts fixes", a fait savoir M. Dominique, "nous voulons que les gens réalisent un profit en vendant une nouvelle voiture."

Selon le propos de l'intéressé, le problème majeur aux Etats-Unis se résume au fait que les concessionnaires automobiles n'ont pas gagné d'argent sur les activités VN et VO en 2017. Toujours selon Automotive News, les distributeurs auraient perdu 421$ par VN vendu l'an dernier (contre 22$ de perte en 2015) et 2$ par VO vendu (contre 132$ de marge en 2015). Une situation qui serait presque inédite sur le VO, qui avait semble-t-il toujours été profitable...

De ce fait, Larry Dominique explique que PSA cherche actuellement la bonne articulation entre points de vente physiques et présence numérique pour distribuer des voitures : "Nous pensons qu'avec les nouveaux outils, la nouvelle technologie, les nouvelles attentes des clients, il existe des moyens plus légers et agiles pour y parvenir". Bannir tout réseau physique ne semble toutefois pas envisageable aux yeux du dirigeant, car les clients auront toujours besoin d'essayer un véhicule, de l'amener en révision etc.

Après avoir abandonné les Etats-Unis en 1991, PSA compte y revenir à l'horizon 2026. Larry Dominique refuse de dévoiler avec quelle marque ou produit, mais promet des éclaircissements d'ici à la fin de l'année.