La Commission européenne pourrait débloquer 12 millions d'euros pour venir en aide à 2 000 salariés du groupe Peugeot issus du plan de restructuration de 2009 et 2010. Cette somme serait issue du Fonds européen d'ajustement à la mondialisation (FEM) qui justement doit aider « les travailleurs licenciés à cause des modifications de l'équilibre du commerce mondial ». L'aide se porte sur la recherche d'emploi, l'orientation professionnelle et la formation.

Cette proposition d'aide répond à une demande la France qui d'ailleurs pourrait être réitérée pour les salariés concernés par le plan de 2013-2014 annoncé au début de cet été.

La demande, acceptée par la Commission européenne doit cependant encore être validée par le Parlement européen et le Conseil des ministres de l'Union européenne.

Depuis sa création fin 2006, le FEM a versé plus de 440 millions d'euros pour soutenir environ 91 000 travailleurs en Europe, selon la Commission européenne.

Philippe Varin lors de la présentation des résultats du groupe en juillet dernier avait évoqué ce fonds déjà sollicité par les industriels allemands lors de la crise financière de 2008 mais jamais encore par la France.

Dans le même temps, le constructeur est sous la menace d'une sortie de l'indice  CAC 40 de la Bourse de Paris et pourrait laisser sa place au groupe de chimie belge Solvay.

Cette menace provient des analyste de la Société Générale qui dans une note laisse filtre la posssible sortie du titre de cet indice pourtant présent depuis 1987. MAis PSA, depuis l'annonce de résultats catastrophiques a vu le cours de son action descendre au plus bas (6,80 euros au 21 août) et fondre sa capitalisation boursière, qui s'établit à un peu plus de 2 milliards d'euros

La décision interviendra au début du mois de septembre.