Grâce à l’apport de solutions des plus sophistiquées, vous connaissez le nombre de véhicules que vous vendez et dans quelles conditions profitables.
Mais savez-vous combien d’opportunités commerciales vous manquez chaque jour ?
Etes-vous certain que votre équipe commerciale a bien traité toutes les opportunités ?

La lutte territoriale entre les acteurs du marché de l’occasion atteint de nouveaux sommets. La digitalisation et les facilités de déplacement des clients ont accéléré ce phénomène. Avec un ratio de 2,79 contre 1, le VO revendique en France un statut plus stratégique face au VN au regard de ce qu’il génère. Il n’est plus le « parent-pauvre » de la concession.

La poursuite de son ascension dépend désormais de la capacité à solutionner les
problématiques de qualité, de proximité et de réactivité des distributeurs. Au conservatisme s’oppose désormais un outil moderne. Depuis trois ans, le logiciel de Business Lead accompagne les parcs occasion vers des standards de professionnalisme inédits. Chaque prospect bénéficie désormais d’un accueil personnalisé. Sans aucune exception.

Combien manquez-vous d’opportunités commerciales ?

La réponse impressionne. « 25 à 40 % des contacts téléphoniques entrants restent sans réponse de la part du point de vente », avance Yannick Fauchille, le cofondateur de Business Lead, en s’appuyant sur les statistiques collectées depuis ses débuts en 2014. Les distributeurs qui lui ont fait confiance ont récupéré cette marge, ce potentiel sous-exploité, sans avoir recours à une externalisation toujours hasardeuse. Résultat, le taux de concrétisation a grimpé de 25 % en moyenne.

Un logiciel pour les mails et les appels

Il existe trois canaux d’accès aux parcs VO : la visite physique, l’envoi d’un message électronique et l’appel téléphonique. Business Lead couvre les deux derniers, soit ceux qui deviennent des réflexes naturels pour les acheteurs.

Dans le cas de l’e-mail, le logiciel de la start-up décrypte le contenu du message du prospect pour formuler une réponse automatique personnalisée. Il peut aussi bien proposer un rendez-vous téléphonique avec le vendeur qu’un créneau de disponibilité pour un essai.

Dans le cas d’un appel téléphonique non décroché, le prospect reçoit de manière automatique un message qui l’invite à renseigner l’heure à laquelle il souhaite être recontacté par l’équipe commerciale, qui de son côté est informée de l’appel en absence et de la requête.

«Tout le monde gagne du temps », assure Bernard de Laforcade, l’autre co-fondateur. D’abord les commerciaux, dont la tâche de qualification et de classification dans les bases de données CRM est ainsi réalisée en amont, ensuite les clients, qui ne s’attardent pas à téléphoner plusieurs fois, et enfin les chefs de vente qui profitent d’une interface de suivi des actions de leurs équipes.»

"Tout redevient juste"

Il faut compter 300 euros par mois et par site pour traiter les appels VO, 50 euros par mois
seulement si le module est pris comme un complément de l’offre Atelier, qui équipe déjà plusieurs groupes et fait l’objet d’une évaluation par quelques constructeurs avant-gardistes.
À ce tarif, Business Lead se laisse entièrement paramétrer. Le chef des ventes a toute latitude pour définir la stratégie d’orientation des appels entrants.

« Un distributeur nordiste a opté pour une attribution aléatoire des contacts et a ainsi créé une saine concurrence dans son affaire, s’amuse Yannick Fauchille. Cela a été bien accueilli car, avec notre logiciel tout redevient juste, selon leur ressenti.»

Toutes les études récentes parviennent à la même conclusion, celle que le traitement des appels peut s’améliorer dans les points de vente.
Avec Business Lead, certains se sont déjà dotés de la réponse la plus adaptée à la réalité.

Pour plus d’informations, 05 64 28 03 42 ou cliquez ici