2017 sera une bonne année dans les annales de RCI Bank and Services, la filiale financière, à 100%,  du groupe Renault. En un an, ses nouveaux dossiers de financements dans le monde ont bondi de 13,2% à 1,77 million d’unités, atteignant un montant de 20,6 milliards d’euros. 

Pour 100 véhicules vendus dans les réseaux du groupe plus de 42 ont bénéficié d’un financement de RCI Bank and Services (soit une amélioration de 1,6 point du taux d’intervention à 42,6%). Dans le même temps, son coût du risque s’est tassé de 0,31% à 0,11% des actifs productifs moyens.

Le VO, levier stratégique


Dans ce contexte porteur, le "financeur" engrange un bénéfice avant impôts du groupe de 1,077 milliards d’euros, en hausse de 18,1%. C’est la première fois qu’est franchie la barre du milliard d’euros.

Ces bons scores résultent d'abord des bonnes performances commerciales de l’Alliance Renault-Nissan. Ainsi, le nombre de VN qu’elle a financé a progressé de 12,7% à 1,451 millions de dossiers. Mais ce n'est pas tout. Longtemps marginal, le financement du VO prend désormais de l’ampleur (+15,7% à 320 000 dossiers avec des progressions dans toutes les régions).

« Le VO est devenu un levier stratégique, c’est un relais de croissance », assure Gianluca De Ficchy, DG de RCI Bank and Services.
 

L'avenir est dans les services connectés


L’évolution la plus spectaculaire porte sur les services qui devraient constituer un levier pour fidéliser les clients aux marques de l’Alliance à l'échelle internationale. Rien d'étonnant à ce qu'en 2016, RCI Banque est changé son nom en RCI Bank and Services.

Ainsi, les ventes de services ont bondi de 27,5% à 4,4 millions de contrats. RCI Bank and Services a vendu 1,2 service pour chaque véhicule immatriculé par les marques sur son périmètre d’intervention.

Gianluca De Ficchy, DG de RCI Bank and Services

« Notre business model –celui d’une captive financière contrôlée à 100% par un constructeur- est solide. Mais il doit s’adapter à la transformation de notre environnement, poursuit Gianluca De Ficchy, DG de RCI Bank and Services.

Désormais, la demande prend le pas sur l’offre, c’est pourquoi il est très important de bien connaître le client et son besoin de mobilité ».
 

Vendre du financement et des services au delà des concessions


RCI Bank and Services a adopté une stratégie de services multicanale, qui ira au-delà de la vente de financements en concession.

« Nous voulons faciliter l’accès à la mobilité et en simplifier l’usage et nous allons proposer des services de mobilité à nos clients B2C et B2B, nous allons nous adresser aux professionnels de la mobilité comme les taxis et les VTC, assure-t-il. Pour cela nous acquérons le savoir-faire nécessaire. Désormais, la demande prend le pas sur l’offre, c’est pourquoi il est très important de bien connaître le client».
 

Un nouveau savoir-faire


Pour développer une offre dans cet univers numérique et connecté, RCI Bank and Services s'appuie sur le savoir de start-ups qu'elle a fait entrer dans son giron.

L'année dernière, elle a ainsi relancé Karhoo, plateforme de mobilité, qui dispose de 175 000 voitures disponibles. Elle a acquis Yuso, une solution automatisée de gestion de flottes de taxis, VTC et services de livraison (qui utilise 1600 voitures). Elle a également mis la main sur Marcel, une plateforme de réservation de VTC en Ile-de-France qui revendique 100 000 clients. Enfin, elle participe à l’offre de Glide (2 000 voitures partagées) et de ComoUrbanMobity (qui lancera une solution de paiement intégrée d'ici à la fin de février 2018).