On embauche chez Renault à Sandouville (Seine-Maritime).  Le constructeur procèdera à 240 nouveaux recrutements en CDI en 2017.

Cette nouvelle vague de recrutement fait suite aux 405 embauches CDI d’ores et déjà réalisées, portant à 645 le nombre de nouveaux collaborateurs sur le site, depuis juillet 2015.

Ces embauches, annoncées au comité d'entreprise, résultent d'engagements pris lors de la signature de l’accord "Renault France-CAP 2020" le 13 janvier dernier, avec la CFDT, la CFE-CGC et FO, de recruter 3.600 personnes en France entre 2017 et 2019, dont 1.800 en 2017.

Du CAP à Bac+5


Les 240 CDI concernent majoritairement des agents de fabrication, mais aussi des fonctions de conducteurs d’installations, de techniciens ainsi que de managers de fabrication.

Ils s’adressent aussi bien à des jeunes diplômés qu’à des profils expérimentés, avec des diplômes allant du niveau CAP, BAC Pro ou BTS à BAC+5".

Parmi ces recrutements, certains s'adressent à des intérimaires non diplômés, à travers une formation donnant accès à un certificat de qualification professionnelle de niveau 5 reconnu par la Métallurgie, le CQPM (Certificat de Qualification Professionnelle de la Métallurgie).

L'usine, qui produisait auparavant des modèles haut de gamme de la firme, a été reconvertie ces dernières années en usine de production de véhicules utilitaires, dont le modèle phare de Renault, le Trafic.

20% du marché européen des fourgonnettes


D'autres fourgons sur base Trafic y sont assemblés tels que des modèles de GM, Fiat et Nissan.

En 2016, le site de Sandouville a produit 121.500 fourgons légers, 30% de plus qu’en 2015. En France, Trafic demeure leader avec une part de marché de 33%.

Selon la direction, 20% du marché européen de fourgons légers est produit à Sandouville.