Si BMW est parvenue à accrocher les 3 % du marché hexagonal en 2016, à la faveur d’un bond de 13 %, l’embellie ne s’est pas poursuivie sur le premier trimestre 2017. La marque allemande accuse en effet un repli de 1,9 % sur un marché en hausse de 4,8 %, et n’affiche plus que 2,7 % des immatriculations VN. Malgré ce ralentissement, l’optimisme est plus que jamais de rigueur au sein du réseau de la marque bavaroise.

Un résultat financier multiplié par deux


L’an passé, le chiffre d’affaires moyen d’une concession BMW a progressé de 8 à 10 %, « grâce à des plans commerciaux adaptés au marché et à la qualité de la gamme, ainsi qu’une croissance du chiffre d’affaires après-vente, qui découle d’une augmentation du parc, résume Gérald Iacopinelli, le président du groupement. La marque allemande a également surfé sur la croissance de sa gamme de SUV. Les 4x4 ont représenté 41,8% des VN de BMW France en 2016, contre 39,3% en 2015.

« Le résultat financier a doublé sur les trois dernières années alors que la majorité des opérateurs a fortement investi pour se mettre aux standards. Tous les indicateurs sont au vert et nous signons tout de suite pour dix autres années comme celle-ci », poursuit Gérald Iacopinelli.

En début d’année, Serge Naudin, président de BMW France, rappelait que le réseau a investi 220 M€ au cours des quatre dernières années. « Nous avons tout repensé, la relation vente, après-vente, les postes vendeurs, les simulations 3D... Il y a eu beaucoup de travail ».


Des rentabilités supérieures à 2,2 %



Deux tiers du réseau BMW affichent des rentabilités supérieures à 2,2 %, ce qui en fait l’un des plus profitables en France (la marque ne communique pas de chiffres). « La force de BMW est d’avoir su attirer une nouvelle clientèle qui ne venait jamais dans les affaires grâce à un modèle comme la Série 1 mais surtout en adoptant avant tout le monde des loyers très attractifs, observe Grégory Corbière, distributeur à Toulouse. La conquête s’exprime également par l’après-vente et l’enjeu pour 2017 est d’améliorer les taux de satisfaction et de fidélisation grâce à l’expérience client ».

La couverture des frais fixes a également augmenté en 2016. Le taux se situe entre 75 et 80 %. Les relations qui semblent au beau fixe avec le constructeur et la stabilité des opérateurs laissent augurer une belle année 2017 pour le réseau BMW.