Avec plus de 12 millions de demandes par an, sur largus.fr, pro.largus.fr ou via les logiciels de gestion Cardiff VO®, Planet VO® et Planet VO²®, la Cote Argus® reste pour les professionnels, année après année, la valeur de référence permettant de fixer leurs prix de reprise. Pratiquement depuis sa création en 1927, l’Argus recommande aux particuliers comme aux négociants VO de convenir d’un prix de reprise fondé sur la Cote Argus Personnalisée® du véhicule, déduite des frais de remise en état estimés ou des éventuels frais professionnels, lesquels ne devraient pas excéder 15 %.

530.000 transactions analysées

Mais dans les faits, les distributeurs ou marchands déduisent-ils vraiment ces frais, et à quelle hauteur ? L’Argus a voulu en avoir le cœur net et a donc examiné les prix de reprise réellement pratiqués en concession et chez les principaux marchands VO. Pour les connaitre, les données issues des logiciels de gestion du groupe, utilisés par plus de 70 % des professionnels en France, ont été passés au crible.

Ainsi, début 2018, les équipes de data scientists de l’Argus ont examiné 532.462 transactions de reprise de particulier à professionnel réalisées en France entre janvier 2017 et janvier 2018, et extrait le prix de reprise réellement pratiqué, corrigé des éventuels effets de transferts de marge entre le véhicule repris et celui vendu ; on calcule ensuite la différence entre ce prix de reprise et la Cote Argus Personnalisée® du véhicule le jour de son rachat, en valeur absolue. La moyenne de ces valeurs et de leur différence peut être illustrée sur ce graphe :


Le graphique est explicite : il met en évidence la qualité de valeur de référence de la Cote Argus, en particulier pour les VO âgés de 36 à 84 mois. Sur cette tranche d’âge, la moyenne de la Cote Argus Personnalisée des véhicules repris et la moyenne des prix de reprise réellement constatés sont très proches, avec une différence qui n’excède jamais 156€ ou 1,2 %. De quoi également démontrer que sur les véhicules âgés de 3 à 7 ans, les professionnels n’appliquent en moyenne pas de frais professionnels et les reprennent le plus souvent à la Cote Argus ou à un montant très proche.

Au-delà de 84 mois : l’impact des FRE

Pour les VO plus anciens, au-delà de 84 mois, les courbes illustrant la moyenne des prix de reprise et la moyenne des cotes Argus personnalisées tendent à s’écarter de plus en plus, sans pour autant que la différence des moyennes n’excède 1 000 € : un montant correspondant aux frais de remise en état, dont l’ampleur tend à croître en fonction de l’âge du véhicule. Une observation qui laisse penser que même au-delà de 7 ans, les distributeurs ou marchands VO n’appliquent pas ou peu de frais professionnels en déduction de la Cote Argus, mais seulement leur estimation des frais de remise en état.
Finalement, il n’y a que sur les VO jeunes que l’écart entre la Cote Argus et les prix de reprise se montre significatif : entre 12 et 36 mois, le graphique ci-dessous illustre la propension des professionnels du négoce automobile à appliquer un abattement sur la cote de l’Argus, lequel ne peut s’expliquer par les frais de remise en état, généralement faibles sur des véhicules aussi récents. Néanmoins, en moyenne, ces écarts ne dépassent pas 10%, donc bien en-dessous du maximum de 15% recommandé par l’Argus.
 


Les chiffres parlent d’eux-mêmes : la Cote Argus Personnalisée, pour un véhicule en état standard, constitue la référence pour la profession comme pour le grand public, en particulier pour les voitures entre âgées de 3 à 7 ans. En poursuivant son travail d’analyse du marché, en diversifiant et fiabilisant ses sources d’observation des prix, et en cherchant toujours à améliorer la méthodologie de construction de sa cote, l’Argus veillera à ce qu’elle le reste.